Cette disposition de claviers d'ordinateurs, créée en 2008, revient sur le devant de la scène. Elle a plein d'avantages, mais fait face à plusieurs obstacles... Dont nos habitudes.

Le clavier Bépo pourrait remplacer le clavier Azerty
Le clavier Bépo pourrait remplacer le clavier Azerty © Radio France / Olivier Bénis

C'est un serpent de mer dans le monde de l'informatique, qui pourrait bien s'inviter un jour dans votre bureau ou chez vous. Pour tout comprendre, installez-vous devant votre ordinateur et regardez le clavier que vous avez en face de vous. Il doit ressembler à quelque chose comme ça.

Disposition de clavier "Azerty"
Disposition de clavier "Azerty" © Wikimedia Commons

Cette disposition des lettres, appelée "Azerty" (du nom des premières lettres sur un clavier), est la plus répandue en France. Elle est inspirée par la version américaine, le "Qwerty". Pourquoi cet ordre des lettres ? Tout simplement pour éviter, à l'époque, que les barres des machines à écrire ne se chevauchent à cause d'une trop grande proximité entre les lettres les plus utilisées. Sauf qu'évidemment, avec l'informatique, cette contrainte est totalement archaïque... Et la disposition des touches en "Azerty" ne répond à aucune logique.

Si les lettres étaient disposéesde façon logique et optimale pour écrire en français, elles ressembleraient à ça :

Disposition de clavier "Bépo"
Disposition de clavier "Bépo" © Wikimedia Commons

Et ça, c'est une disposition de clavier "Bépo". C'est l'une des pistes étudiées par l'Association française de normalisation (Afnor), qui a ouvert une enquête publique pour sonder les internautes sur les nouvelles normes de clavier dans le futur. Cette enquête a duré un mois, elle s'est terminée ce dimanche. Le dépouillement a lieu ce mercredi pour connaître les résultats de l'enquête publique, et une nouvelle norme doit ensuite être validée en septembre. Elle pourra être adoptée par les fabricants.

L'Afnor veut améliorer deux projets : une version améliorée de la disposition habituelle "Azerty" (qui permettrait décrire plus facilement des majuscules avec accents) et la version "Bépo". Cette dernière est d'ailleurs déjà utilisable, au prix de quelques bricolages sous Windows ou MacOS.

Objectivement, la disposition "Bépo" présente le plus d'avantages : ses défenseurs expliquent qu'elle permet de taper plus vite, plus instinctivement, sans regarder le clavier, mais aussi en fatigant beaucoup moins, puisque les déplacements des doigts sont divisés par deux). Le problème, c'est qu'elle nécessite un entraînement, voire une "rééducation" : que l'on soit né avec l'informatique et Internet ou qu'on l'ait découverte ces dernières décennies, nous avons tous pris de (mauvaises) habitudes.

Et il faudra plusieurs jours, semaines voire mois pour réussir à taper, comme ici, à la vitesse de 100 mots par minute (voire 120 mots par minute pour les champions) :

L'Afnor, à qui la mission a été confiée il y a plus d'un an, ne va pas remplacer un type de clavier par un autre : mais son travail permettra peut-être d'amorcer une réflexion plus large pour améliorer le confort d'utilisation de ces outils auxquels nous faisons tous face de plus en plus souvent.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.