Pour la première fois, une étude sur les jeux en ligne est publiée. Principal enseignement, Internet change les habitudes. Résister alors que tous les jeux sont à portée de clic est difficile pour certains. Ecoutez ce témoignage rare.

Un joueur anonyme au téléphone de Sandy Dauphin

### ### Le contenu de l'étude: 17% de joueurs en ligne "à problème"
Jeu en ligne
Jeu en ligne © Radio France
L'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et l'Observatoire des jeux (ODJ) ont mené deux enquêtes conjointes à la fin de l'année 2012 pour estimer le nombre de joueurs en ligne en dressant leur profil et en analysant leurs pratiques. Selon les résultats de la première enquête dite de "prévalence" et réalisée sur un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, 3,7% des personnes interrogées, soit 2 millions de personnes, déclarent avoir joué à un JAH en ligne au cours des 12 mois précédant l'enquête. Un quart de ces joueurs misent exclusivement en ligne. 45% des joueurs en ligne jouent au moins une fois par semaine contre 23% pour l'ensemble des joueurs. La seconde enquête a été conduite auprès d'un échantillon d'internautes joueurs représentatif de la structure sociodémographique de l'ensemble des internautes français. **La part de joueurs en ligne "problématiques" est de 17%** (joueurs "à risque modéré" 10,4% et joueurs "excessifs" 6,6%) et est "bien plus élevée" que lors d'une étude menée sur les joueurs en 2010, avant l'ouverture des jeux en ligne en France. Cette enquête de 2010, réalisée par l'OFDT et l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), avait alors estimé à 1,3% le pourcentage des joueurs "à risque modéré" et à 0,4% celui des joueurs "excessifs". Le secteur des jeux d'argent et de hasard, dont celui des jeux en ligne légaux, a représenté en France 32,5 milliards d'euros en 2012.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.