L'Assemblée Nationale a adopté deux projets de loi relatifs à la transparence de la vie publique
L'Assemblée Nationale a adopté deux projets de loi relatifs à la transparence de la vie publique © IP3 PRESS/MAXPPP

Les projets de loi sur la transparence de la vie publique, nés dans le sillage de l'affaire Cahuzac, ont été adoptés définitivement mardi au Parlement par des ultimes votes de l'Assemblée nationale, qui avait le dernier mot.

C’est l’une des conséquences de l’affaire Cahuzac. Après le tremblement de terre du mensonge, le gouvernement avait voulu remettre les choses à plat en faisant adopter des projets de loi sur la transparence de la vie publique.

Plus que la majorité absolue

Le texte relatif aux parlementaires a recueilli 324 voix pour, contre 205, lors du scrutin dans les salles attenantes de l'hémicycle, dépassant la majorité absolue requise pour l'adoption de ce projet de loi organique (289 voix sur 577).

L'Assemblée nationale avait auparavant adopté, par 291 voix contre 196, le projet de loi concernant les autres élus, lors d'un scrutin habituel avec boîtier électronique dans l'hémicycle.

Ces projets de loi prévoient notamment des déclarations de patrimoine des élus, consultables en préfecture, et des déclarations d'intérêts publiables.

A ECOUTER : > La teneur des débats avec Cyril Graziani.

Soutien de la majorité, rejet de l’opposition

Ces deux projets de loi ont été soutenus par les socialistes, les écologistes et les communistes mais ont été rejetés par la très grande majorité des députés UMP , à l'exception de certains élus comme Laurent Wauquiez,et par une large majorité des radicaux de gauche.

Les députés de l'UDI de Jean-Louis Borloo ont choisi de s'abstenir. Les élus d'extrême droite Marion Maréchal-Le Pen, Gilbert Collard et Jacques Bompard ont aussi opté pour l'abstention.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.