2e nuit de violences à Trappes
2e nuit de violences à Trappes © MaxPPP/Romain Carre

Le ministère de l'Intérieur a annoncé le maintien jusqu'à nouvel ordre des renforts de police déployés à Trappes et ses environs, dans les Yvelines, après de nouveaux incidents, la nuit dernière.

Quatre personnes ont été interpellées dans la nuit de samedi à dimanche pour des jets de projectiles sur la police et des dégradations, et une vingtaine de véhicules ont été incendiés à Trappes et dans des villes alentours, à Guyancourt et Maurepas.

A Elancourt, un véhicule sérigraphié de la police, stationné non loin du commissariat, a été partiellement brûlé par un cocktail molotov. Personne n'était à l'intérieur du véhicule.

A Trappes, un automobiliste a foncé sur les forces de l'ordre qui ont réussi à l'éviter. Pris en chasse par un hélicoptère, le véhicule et son ou ses occupants n'ont pas été retrouvés.

Selon le ministre de l'Intérieur, "la mobilisation des forces de l'ordre en nombre et la vigilance ont permis d'empêcher que de nouveaux troubles graves ne se produisent". Pour parer à tout nouveau risque, Manuel Valls a annoncé "le maintien d'un important dispositif de sécurité jusqu'à ce que le calme revienne de manière pérenne".

Aujourd'hui, la situation était calme aux abords du commissariat dans le quartier des Merisier, encadré par une dizaine de fourgons de police et dans la ville, qui vit normalement ce dimanche.

Le reportage de Yann Gallic

Quatre des six jeunes de 18 à 24 ans, mis en garde à vue vendredi soir, ont été placés en détention provisoire et comparaîtront lundi après-midien comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Versailles.

Vendredi soir, plusieurs centaines d'habitants avaient affronté les forces de l'ordre autour du commissariat de Trappes où un homme était placé en garde à vue après avoir tenté d'étrangler un policier lors d'un contrôle de sa femme qui se trouvait en infraction pour port d'un voile intégral dans l'espace public.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a déclaré ce soir sur BMF, ne pas douter "un seul instant" de l'attitude respectueuse des policiers lors du contrôle d'une femme entièrement voilée à Trappes qui a été suivi de violences contre le commissariat de la ville.

La loi interdisant le port du voile intégral "doit s'appliquer avec discernement, avec le respect des personnes. Je ne doute pas un seul instant que c'est ce qu'ont fait ces policiers" lors du contrôle qui a mis le feu aux poudres dans cette ville des Yvelines, a-t-il déclaré.

Manuel Valls

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.