[scald=111077:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Treize des 17 islamistes présumés placés en garde à vue la semaine dernière vont être mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme et détention d'armes, a déclaré mardi le procureur de Paris.

François Molins a indiqué lors d'une conférence de presse que le groupe radical Forsane Alizza ("Les cavaliers de la fierté") dirigé par Mohamed Achamlane semblait préparer des attentats contre au moins un juge d'instruction.

"Certaines cibles institutionnelles étaient potentiellement visées. Ainsi, d'après certaines déclarations faites au cours des gardes à vue, avait été évoqué au cours d'une réunion tenue à Lyon en septembre 2011 un projet d'enlèvement d'un magistrat lyonnais avec lequel avait eu maille à partir l'un des membres de la cellule lyonnaise", a-t-il expliqué.

"Treize individus sur les 17 ont donc été déférés ce jour (...) devant les juges d'instruction afin d'être mis en examen du chef d'association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme et du chef d'acquisition, de transport et de détention d'armes de première et quatrième catégorie", a ajouté le procureur de Paris.

Le parquet a requis le placement en détention provisoire pour neuf d'entre eux et a demandé aux magistrats instructeurs le placement sous contrôle judiciaire pour les quatre autres.

Le coup de filet réalisé la semaine dernière a permis de saisir une vingtaine d'armes, dont des kalachnikovs dont la neutralisation n'était que temporaire, a dit François Molins.

Mohamed Achamlane, le leader de Forsane Alizza arrêté vendredi, a réfuté "toute intention terroriste", a dit son avocat nantais dans une interview à Presse-Océan.

Le coup de filet, à moins d'un mois de l'élection présidentielle, est survenu huit jours après la mort de Mohamed Merah, l'auteur des sept meurtres de Montauban et de Toulouse, qui se réclamait d'Al Qaïda et a été abattu par la police.

Il n'y a cependant aucun lien entre les deux affaires, a confirmé mardi François Molins.

Thierry Lévêque, avec Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.