Urgences
Urgences © MaxPPP / Pierre Heckler

Deux hommes âgés de 22 et 29 ans sont morts le week-end dernier à Nice des suites d'une méningite. Un autre décès pourrait également être relié à la maladie selon l'agence régionale de santé (ARS) de Provence-Alpes-Côtes d'Azur.

Les deux premières victimes ne se connaissaient pas entre elles, la troisième est le beau-frère d'un de ces deux jeunes hommes. "Il y a de fortes suspicions d'infection invasive à méningocoques pour cette victime" qui a été foudroyée par la maladie à son domicile mais sur laquelle aucune autopsie n'a été pratiquée, précise le docteur Marie-Claude Dumont de l'ARS. Selon la spécialiste, des traitements préventifs antibiotiques ont été effectués auprès des personnes en contact avec les trois malades.

Un risque d'épidémie écarté

C'est une situation inhabituelle dans la région où l'on relève en moyenne un à deux cas de méningite par saison.

Mais l'agence régionale de santé se veut rassurante. "Il n'y a pas de risques d'épidémie car la souche (...) ne survit pas en dehors du corps humain, la transmission ne se faisant que par la salive et les postillons", explique Marie-Claude Dumont.

Par ailleurs, deux adolescents de 12 ans et 17 ans, originaires respectivement de Fréjus et Draguignan (Var), sont hospitalisés depuis une dizaine de jours à l'hôpital pédiatrique Lenval à Nice suite à des infections invasives à méningocoques. Des cas qui n'ont aucun lien avec les souches niçoises selon l'ARS.

Ce matin, à Marseille, l'agence régionale de santé a tenu à faire le point à ce sujet, les précisions de Laurent Gauriat.

► ► ► A LIRE AUSSI | Méningite foudroyante: trois morts en un week-end à Nice (Nice Matin)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.