Un forcené, connu des services de police pour des problèmes de garde d'enfant, a abattu trois gendarmes et en a blessé un quatrième cette nuit dans un hameau du Puy-de-Dôme. Après avoir réussi à prendre la fuite, il a été retrouvé mort peu de temps après.

Trois gendarmes ont été abattus par un forcené dans un hameau du Puy-de-Dôme
Trois gendarmes ont été abattus par un forcené dans un hameau du Puy-de-Dôme © AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT

Trois gendarmes ont été tués et un quatrième blessé par un forcené dans un hameau isolé près de Saint-Just (Puy-de-Dôme) dans la nuit de mardi à mercredi.

Les militaires, qui appartenaient à la compagnie d'Ambert, ont été mortellement blessés par arme à feu par un homme de 48 ans, alors qu'ils tentaient de porter secours à sa compagne qui avait trouvé refuge sur le toit d'une maison. "C'est une opération de gendarmerie qui s'inscrit dans un cadre de violence intra-familiale , indiquait la préfecture du Puy-de-Dôme.

Adjudant Rémi DUPUIS, 37 ans, communauté de brigades d'Ambert -  Brigadier Arno MAVEL, 21 ans, peloton de surveillance et d'intervention d'Ambert - Lieutenant Cyrille MOREL, 45 ans, commandant en second de la compagnie de gendarmerie d'Ambert
Adjudant Rémi DUPUIS, 37 ans, communauté de brigades d'Ambert - Brigadier Arno MAVEL, 21 ans, peloton de surveillance et d'intervention d'Ambert - Lieutenant Cyrille MOREL, 45 ans, commandant en second de la compagnie de gendarmerie d'Ambert

Le forcené retrouvé mort

C'est une amie et voisine de la femme agressée par son compagnon qui a donné l'alerte et a appelé la gendarmerie vers 20h50 mardi soir, en expliquant que la femme s'était réfugiée sur le toit de sa maison, en sang, pour lui échapper. Informés de la présence d'armes dans la maison, deux unités arrivent en renfort, avec un négociateur. Un périmètre de sécurité est établi par les gendarmes qui font évacuer les voisins. À plusieurs reprises, l'homme tente de fuir pour échapper aux forces de l’ordre. C'est lors de ces tentatives de fuites que l'homme a tiré et tué trois gendarmes et blessé un quatrième.  

D'abord à 22h20, premier échange de coups de feu et un gendarme volontaire âgé de 21 ans, le brigadier Mavel, est touché et décédé des suites de ses blessures, tandis qu'un deuxième gendarme, blessé à la cuisse, est transporté par les pompiers vers le centre hospitalier d'Ambert. 

À 22h45 nouvelle tentative de fuite. Après avoir mis le feu à sa maison, le forcené tiré à nouveau sur les gendarmes présents aux abords de l'habitation, faisant deux nouvelles victimes parmi les militaires : Cyrille Morel, un lieutenant de 45 ans, et Rémi Dupuis, un adjudant de 37 ans qui effectuaient une reconnaissance en direction de la maison. 

Le parquet de Clermont-Ferrand précise que la femme a pu être mise en sécurité.

Après avoir pris la fuite au volant de son 4x4, l'homme, "recherché par des moyens conséquents" a finalement été retrouvé mort. "On a toutes les raisons de penser" que l'assaillant "s'est suicidé" a explique Eric Maillaud, procureur de la République de Clermont-Ferrand mercredi après-midi. L'homme aurait perdu le contrôle environ un kilomètre et demi plus loin, et versé sur le côté gauche à flanc de colline. Il a été retrouvé à proximité de son véhicule. Il portait un gilet pare-balles, avait un pistolet Glock à la main, un fusil d'assaut équipé d'un silencieux, d'une torche et d'un système de visée laser et quatre couteaux à sa ceinture.
 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Un homme au "profil inquiétant". 

L'auteur des coups de feu mortels était connu pour des faits liés à des problèmes de garde d'enfant : non-paiement de la pension alimentaire et menaces de mort réitérées sur son ancienne femme, en 2016 et 2017. 

L'homme pratiquait "le tir en compétition, était survivaliste", se disait très catholique et même "extrémiste et était persuadé de la fin du monde : un profil inquiétant" a expliqué le procureur de Clermont-Ferrand durant une conférence de presse mercredi après-midi. Éric Maillaud a décrit "une véritable scène de guerre. Une scène complètement atypique" avec "des centaines et des centaines de douilles, la maison incendiée, un individu surarmé". Un homme "parfaitement aguerri dans le maniement des armes", et qui avait suivi une formation militaire, a déclaré le procureur de la République de Clermont-Ferrand. Il possédait une arme équipée d'un silencieux et d'une visée laser.

Hommage du président de la République

Dans la matinée, Emmanuel Macron a rendu hommage aux trois gendarmes tués et au quatrième blessé dans la nuit par un forcené dans le Puy-de-Dôme, "intervenu pour secourir une femme victime de violences conjugales (...) Ce sont nos héros", a déclaré le chef d'Etat dans un tweet.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix