Solution aux facs de médecine surchargées? le tirage au sort!
Solution aux facs de médecine surchargées? le tirage au sort! © MaxPPP / Jean-Baptiste QUENTIN

Le rectorat d'Ile de France assure que le tirage au sort des étudiants qui veulent faire médecine n'aura finalement pas lieu. Le Monde avait annoncé que cette piste état étudiée afin de réduire le nombre d'étudiants entrant en première année de faculté de médecine, les candidats seraient tirés au sort et donc qu'un élève ayant un bon dossier à la sortie du lycée avec un Baccalauréat S avec mention en poche pourrait ne pas être admis en médecine au profit d' un étudiant ayant un moins bon dossier, mais ayant été tiré au sort.

Le rectorat l'affirme ce jeudi :

Tous les bacheliers d'Ile-de-France pourront suivre les études de leur choix. Il n'y aura pas de tirage au sort

Dans un communiqué, le rectorat indique que le nombre de candidats souhaitant s'inscrire en première année de médecine est de l'ordre de 8 000, comme l'année précédente et les places 7 500, mais qu'une partie des demandes n'aura pas de suite car certains lycéens vont vouloir finalement changer d'orientation et d'autres rater leur bac

"Il y aura donc moins de 8.000 demandes pour la première de médecine. La première répartition de 7.500 places devrait être suffisante mais elle sera ajustée si nécessaire", ajoute-t-on au rectorat, en martelant: "il n'y aura donc pas de tirage au sort".

Il n'y a pas de sélection pou l'entére à l'université donc à l'heure actuelle, tout bachelier peut entrer en première année.

L'annonce d'un possible tirage au sort avait suscité de vives réactions

La Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl) avait notamment dénoncé une mesure qui "revient à laisser le destin de milliers de lycéens entre les mains du hasard".

Sébastien Foucher, président de l'Association Nationale des Etudiants en Médecine de France (ANEMF), avait lui déclaré :

Le rectorat nous a confirmé que l'option de tirage au sort était l'option retenue. C'est pour nous la pire option car cela signifie que le fait de pouvoir accéder ou non aux études se fera en fonction du tirage au sort, c'est à dire soit vous avez de la chance, soit vous n'en n'avez pas. Ce ne sont pas vos résultats qui détermineront votre admission en première année.

Le principe du tirage ne s'est jamais appliqué en fac de médecine mais existe par exemple dans les filières sportives.

Rechercher des solutions

L'Ordre national des médecins préconise d'informer en amont pour être sûr de son choix, pré-sélectionner les élèves avant l'entrée en première année. Les tests de secourisme par exemple peuvent être un premier test d'aptitude, et prendre en compte la motivation du candidat plutot que de tirer au sort.

Des candidats ne sont pas prêts à suivre médecine après le Bac mais, après maturité dans d'autres études universitaires pendant deux ans, peuvent revenir en médecine et cette fois-ci arriver à suivre, il faut donc permettre cela plutot que de faire du tirage au sort pour écrémer, selon dr Robert Nicodème, le représentant du Conseil de l'ordre sur le sujet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.