Sa famille et ses amis organisent ce samedi à Beaumont-sur-Oise, une marche en mémoire d'Adama Traoré et une conférence de presse

Un an après sa mort, la famille d'Adama Traore continue de réclamer "justice et vérité"
Un an après sa mort, la famille d'Adama Traore continue de réclamer "justice et vérité" © AFP / Bertrand Guay

Il y a un an, le 19 juillet à Beaumont sur Oise dans le Val d’Oise, Adama Traoré mourait à l'issue d'une interpellation. Un décès qui avait déclenchée plusieurs nuits de violence. Depuis, sa famille, et notamment sa sœur Assa Traoré, dénonce une bavure et réclame "justice et vérité" sur les raison du décès du garçon de 24 ans.

Il y a moins d'un mois, une expertise médicale est venue contredire les déclarations du procureur de Pontoise. Il y a un an il avait invoqué une "infection très grave" pour expliquer la mort du jeune homme. La contre-expertise demandée conclue à un décès consécutif à "un état asphyxique aigu, lié à la décompensation - à l'occasion d'un épisode d'effort et de stress - d'un état antérieur plurifactoriel". Parmi ces facteurs, ils citent notamment une anomalie cardiaque modérée et une maladie inflammatoire.

Lors de son arrestation après une course-poursuite pour se soustraire à un contrôle d'identité, alors que la journée était caniculaire, le jeune homme avait été finalement retrouvé dans un appartement et maintenu au sol sous le poids de trois gendarmes, selon les déclarations les déclarations mêmes de l'un d'entre eux qui a assuré n'avoir porté aucun coup.

Le jeune homme avait alors confié ses "difficultés à respirer". Il avait perdu connaissance lors de son transport vers la brigade de Persan où il n'avait pas été placé en position latérale de sécurité selon l'un des pompiers intervenus sur place. Son décès avait été constaté environ une heure et demie après son interpellation.

Un an près aucune mise en examen n’est encore intervenue

Une information judiciaire a été ouverte à Paris mais sans mise en examen pour le moment. Les trois gendarmes pourraient être convoqués en septembre par les juges d'instruction qui ont repris en décembre l'enquête ouverte à Pontoise. Une attente est bien trop longue pour la famille Traore, rassurée tout de même par les nouvelles expertises et qui dit être dans une démarche constructive. "On a envie de leur donner confiance" a déclaré Assa Troré, la sœur d'Adama, lors d'une conférence de presse organisée avant la marche.

Justice pour Adama, sans justice vous n'aurez jamais la paix

Après des prises de parole des membres de la famille Traoré et d'autres familles de victimes de violences policières, une marche réunissant un millier de personnes s'est arrêtée de longues minutes devant la gendarmerie de Persan. Le cortège est arrivé vers 17h à Beaumont-sur-Oise.

Ecoutez le reportage de Géraldine Hallot

► POUR EN SAVOIR PLUS | Les articles consacrés à l'affaire Traoré

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.