"Pour tenter d'aborder ensemble les problèmes du quartier, allons prendre un café" : c'est la proposition originale que l'association Demain la Chapelle a faite aux policiers de la nouvelle brigade territoriale de contact.

Derrière ce rideau, un bar à chicha illégal sur le boulevard de la Chapelle à Paris, a été fermé après discussion entre riverains et la nouvelle brigade territoriale de contact
Derrière ce rideau, un bar à chicha illégal sur le boulevard de la Chapelle à Paris, a été fermé après discussion entre riverains et la nouvelle brigade territoriale de contact © Maxppp / PHOTOPQR/LE PARISIEN

Dans un café proche du boulevard de la Chapelle, le constat ne fait pas débat. Le nouveau préfet de police de Paris Didier Lallement, passé à l'improviste échanger avec les riverains, le résume ainsi : "Il y a un grand sentiment de malaise de la part des habitants, de véritables difficultés de délinquance que tous datent d'il y a trois ans environ, même si ce quartier n'a jamais vraiment été un quartier tranquille."

Le quartier a agrégé différents phénomènes de délinquance : trafic de drogue et de cigarettes, commerces illégaux, agressions ou injures sur fond d'alcool, bagarres entre bandes etc. Certains ne peuvent plus descendre jouer dans le square avec leurs enfants.

La brigade territoriale de contact 10/18 (la BTC répartie sur les Xe et XVIIIe arrondissements de Paris) patrouille depuis janvier 2018. Selon le commissaire divisionnaire Mathieu Debatisse, les 35 policiers, qui vont être renforcés par 20 nouveaux fonctionnaires, ont effectué 120 interpellations, plus de 2000 contrôles d'identité, et mille évictions du secteur.

S'adapter à la délinquance

Pour les habitants adhérents de l'association Demain la Chapelle, ce "café police" permet d'échanger et d'alerter sur ce qui se passe en bas de chez eux voire à l’intérieur de leurs copropriétés. Ils sont plusieurs à saluer le travail de la BTC 10/18 qui a permis de fermer deux bars illégaux dans des caves. Une riveraine de la Gare du Nord s'inquiète du phénomène de report vers sa zone et interpelle sur des vols quotidiens. 

La conversation se poursuit sur la nécessité selon les policiers de porter plainte ou, souligne une riveraine, de faire remonter leurs doléances via un site dédié. Des riverains qui demandent à la brigade territoriale de contact d'être plus mobile car les délinquants s'adaptent très vite. La BTC va être renforcée notamment aux horaires les plus sensibles dans la soirée.

Policiers et membres de Demain la Chapelle ont convenu de se revoir dans les trois mois pour un nouveau "café police".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.