Le Modern Express dans le mauvais temps
Le Modern Express dans le mauvais temps © / Capture d'écran vidéo Marine Nationale

Le cargo panaméen "Modern Express", à la dérive depuis mardi, est désormais à 100km d'Arcachon. Une dernière tentative de remorquage du bateau, chargé de 300 tonnes de fioul, aura lieu lundi matin. Si elle rate, le navire s'échouera.

Les spécialistes en renflouement vont de nouveau tenter de remorquer le cargo qui dérive depuis mardi au large des côtes d'Aquitaine.L'opération a déjà échoué plusieurs fois à cause du vent et de la houle . L’une des tentatives s’est ainsi soldée par la blessure d’un employé de la société de sauvetage maritime.

►►►Des conditions d'interventions compliquées, confirme Jacques Loiseau, expert maritime et ancien commandant de bateau.

300 tonnes de fioul à bord

Les secours comptent désormais sur une relative amélioration de la météo toujours très défavorable ce dimanche, avec des vents de l'ordre de 30-35 noeuds (55-64 km/h) et des creux jusqu'à six mètres. Chargé de 300 tonnes de fioul et 3.600 tonnes de bois , le Modern Express menace de s'échouer dans les prochaines 48 heures, entre Hossegor et Saint-Jean-de-Luz.

Le préfet maritime de l'Atlantique, Emmanuel de Oliveira, assure toutefois qu'il y aaucune raison de craindre une marée noire . Aucune fuite de carburant n'a été détectée et, selon Emmanuel de Oliveira, "les soutes à gazole de propulsion du navire sont intègres". "Si le bateau venait à s'échouer, nous prendrions un plan Polmar - pollution marine mer - (...) pour traiter les pollutions qui viendraient à terre" a précisé le préfet maritime.

Le Modern Express, cargo roulier de 164 m de long, avait appareillé de Owendo (Gabon),le 16 janvier dernier pour se rendre au Havre. Mardi, il a émis un signal de détresse à 280 km de la pointe Nord-Ouest de l'Espagne. Les 22 hommes d'équipage ont été évacués.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.