Réservé aux femmes et aux familles, il ouvre ses portes ce jeudi à Ivry-sur-Seine. Il accueillera à terme 400 personnes.

Les premiers bâtiments de bois, et la yourte, sur pilotis au dessus des ancien bassins de filtration de la Seine.
Les premiers bâtiments de bois, et la yourte, sur pilotis au dessus des ancien bassins de filtration de la Seine. © Radio France / Béatrice Dugué

Après celui de la porte de la Chapelle il y a deux mois, c'est donc le deuxième centre d'accueil pour migrants à ouvrir ses portes en région parisienne, à Ivry-sur-Seine, sur un terrain de la ville de Paris. Et comme à la Chapelle, c'est un centre temporaire. D'ici cinq ans, cette usine désaffectée des Eaux de Paris doit être reconvertie en site culturel. Mais en attendant, la ville de Paris y installe donc cette structure d'accueil digne.

Des bâtiments en bois, sur pilotis au-dessus des anciens bassins de filtration de la Seine, qui abritent des chambres avec lits et armoires flambants neufs. Dans un premier temps, seules 90 personnes y seront accueillies. Puis progressivement, jusqu'à la mi-mars, 400 personnes y vivront. Des femmes seules, avec enfants ou enceintes, ainsi que des couples avec ou sans enfants.

Un centre organisé comme une petite ville

Ils seront accompagnés par les 80 salariés recrutés par l'association Emmaüs Solidarité qui s'est vu confier la gestion de la structure. Les migrants ne doivent y être que de passage. De trois à cinq mois, le temps de formuler leur demande d'asile. Ils occuperont l'un des six quartiers qui regroupera environ 70 résidents autour d'une place de village couverte : une yourte qui sert de réfectoire et de lieu d'activité commun.

Les chambres, modulables, seront adaptées en fonction de chaque famille. Plus ou moins grandes, elles feront entre 12 et 40 m². Le centre disposera également d'un pôle santé, avec pédopsychiatres, et d'un pôle administratif dédié aux démarches. Et puis en mars, une école avec quatre classes doit ouvrir pour les enfants. Coût des travaux : 11 millions d'euros, financés par Paris aidé de l’État.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.