Le confinement a été moins difficile à vivre pour eux : les habitants de la cité ouvrière Chanturgue à Clermont-Ferrand passent pour certains l'été à la maison. Dans ces anciennes cités ouvrières, les pavillons disposent d'un jardin, un petit havre de paix qui rend plus agréables les vacances post-Covid à la maison.

Cité ouvrière Michelin à Clermont Ferrand, située juste à coté de l'usine Michelin.
Cité ouvrière Michelin à Clermont Ferrand, située juste à coté de l'usine Michelin. © Radio France / Jean-François Fernandez

Jean-Pierre siffle à la fenêtre, à l'étage de sa maison. Ce retraité de Michelin passe son été à la maison avec Marie-Françoise son épouse, dans leur pavillon de la cité ouvrière Chanturgue, situé à quelques mètres seulement du mur d'enceinte de l'usine Michelin de Clermont-Ferrand.

Ces petites maisons avec jardin ont été construites au début du XXe siècle par les frères Michelin pour loger les salariés de l'usine. Les deux cheminées en briques rouges emblématiques de l'usine de pneus, et l'ancienne piste d'essais qu'on appelle ici "le toboggan", sont visibles des jardins.

Jean-Pierre et Marie Françoise, retraités dans leur jardin de la cité ouvrière Chanturgue à Clermont-Ferrand
Jean-Pierre et Marie Françoise, retraités dans leur jardin de la cité ouvrière Chanturgue à Clermont-Ferrand © Radio France / Jean-François Fernandez

Dans le jardin de Jean-Pierre et Marie-Françoise trônent un trampoline et des jeux pour enfants. Ce couple de retraités a souffert durant le confinement de ne pouvoir accueillir ses petits enfants. Depuis, le jardin a repris des allures de terrain de jeu.

Aujourd'hui les petits enfants ne sont pas là, mais les deux retraités sont bien occupés, notamment à l'entretien du jardin. Marie-Francoise taille ses rosiers, elle reconnait que c'est une grande chance d'avoir un jardin comme à la campagne tout en étant à la ville.

On a été privilégiés durant le confinement.

Dans cette cité ouvrière, tous le reconnaissent, le confinement a été moins pénible à vivre que pour des personnes qui vivent toute l'année en immeuble.

Un des pavillons à 4 logements dans la cité ouvrière Chanturgue à Clermont Ferrand.
Un des pavillons à 4 logements dans la cité ouvrière Chanturgue à Clermont Ferrand. © Radio France / Jean-François Fernandez

En cet après-midi de juillet, les plus jeunes locataires sont au travail, on croise donc essentiellement des retraités. Jean-Pierre et Marie-Françoise ont fait le choix de passer l'été à la maison : les vacances, ils les prendront plus tard, hors saison, en septembre.

Cité ouvrière Michelin à Clermont-Ferrand
Cité ouvrière Michelin à Clermont-Ferrand © Radio France / Jean-François Fernandez

Odette et Christian sont également retraités, ils habitent aussi un pavillon de la cité Chanturgue à Clermont-Ferrand. Dans le jardin, il y a une table avec un parasol, et puis beaucoup de fleurs. Les petits enfants, ils les reçoivent dans une petite maison au calme à quelques kilomètres de là. Odette et Christian expliquent que la voie rapide qui les sépare de l'usine Michelin est un peu bruyante, c'est le seul point négatif. 

Odette et Christian, retraités dans leur jardin de la cité ouvrière Chanturgue à Clermont-Ferrand
Odette et Christian, retraités dans leur jardin de la cité ouvrière Chanturgue à Clermont-Ferrand © Radio France / Jean-François Fernandez

Les vacances d'été, Odette et Christian les passent aussi à la maison dans ce pavillon de la cité ouvrière. Ce couple de retraités n'a pas trop souffert du confinement. Bien entendu, le fait de ne pouvoir recevoir les enfants et petits-enfants a été pénible, mais ils reconnaissent avoir été privilégiés à vivre dans ce pavillon avec jardin. Odette s'occupe des tomates et des fleurs dans le jardin, alors que Christian fait de la mécanique dans son jardin : en ce moment, il retape une 2 CV. 

Cité ouvrière Chanturgue juste à coté de l'usine Michelin de Clermont-Ferrand
Cité ouvrière Chanturgue juste à coté de l'usine Michelin de Clermont-Ferrand © Radio France / Jean-François Fernandez
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.