Un homme qui ne devait avoir que le rôle de donneur de sperme a reconnu l’enfant d’un couple de lesbiennes. Cette décision de justice repose la question du statut du conjoint dans les familles homoparentales.

géniteur obtient ses droits de père
géniteur obtient ses droits de père © MaxPPP / Christophe Morin

Les deux femmes pensaient que l’accord était clair. Elles veulent un enfant et demandent à leur meilleur ami d’être simple géniteur, ce qu’il accepte. Sept mois après la naissance du nourrisson, l’homme change d'avis et entame les démarches pour le reconnaitre. Lundi, le juge des affaires familiales de Nantes lui accorde des rencontres progressives avec l’enfant en attendant d’obtenir un droit de visite et d’hébergement.

Me Magali Castelli-Maurice, défend le papa :

Il a à construire quelque chose avec l'enfant qu'il ne connaît pas. La demande de reconnaissance des droits est on ne peut plus classique,mais la particularité c'est qu'on a un couple d'homosexuelles qui a refusé la présence du père

Devant le juge, la mère biologique de l’enfant n'a pas contesté les droits du père sur l’enfant.

Les explications d'Edouard Marguier

### ### Un "ménage à trois" forcé Même si l’enfant est élevé depuis deux ans par le couple, la loi est donc du côté du père biologique. L’avocate de la mère Me Bouillon relance le débat sur la procréation médicalement assistée. > Si les deux femmes avaient eu accès à la PMA, les choses se seraient passées différemment parce que le don de sperme est anonyme. Le couple doit s’unir le 17 août. Après le mariage, la compagne de la maman pourra faire une demande d’adoption. Elle ne pourra prétendre qu’à une adoption simple, un dispositif qui permet au père de conserver ses droits sur l’enfant.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.