A compter du 1er novembre, le ministère de la Santé lance un défi aux fumeurs, inspiré d’une expérience outre-Manche : arrêter la cigarette pendant un mois.

Les kits sont disponibles à partir de lundi en pharmacie
Les kits sont disponibles à partir de lundi en pharmacie © Maxppp / MICHEL CLEMENTZ

Le “Moi(s) sans tabac” : c’est le nom de l’opération lancée par le ministère de la Santé, à partir du 1er novembre. Un défi lancé aux fumeurs : arrêter de fumer pendant au moins 30 jours. Une durée qui “multiplie par 5 les chances d’arrêter définitivement”, selon la ministre Marisol Touraine, qui précise :

“Plus d’un fumeur sur deux souhaite arrêter de fumer, “Moi(s) sans tabac” va les y aider”

Dès ce lundi, en même temps que la campagne de communication sur cette opération (dont Radio France est partenaire), des kits d’aide à l’arrêt sont disponibles dans les pharmacies. Pas de patches ni de gommes à mâcher, mais un livret d’aide, un planning, un autocollant et une roue cartonnée qui permet de chiffrer les économies faites en un mois.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L’idée de ce défi, c’est de proposer une action collective, plus facile à réaliser à plusieurs : il est d’ores et déjà possible, sur le site web de l’opération, de soutenir un proche ou d’inviter un ami à participer avec soi. Selon une étude publiée la semaine dernière par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), un fumeur a 67% de plus de réussir si son conjoint arrête en même temps, et 36% si c’est un ami proche.

Le ministère espère, avec ce mois sans tabac, que des personnes qui arrêteront en novembre ne reprennent finalement jamais la cigarette.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"Stoptober", l'expérience anglaise

L’expérience est inspirée d’un dispositif similaire qui existe outre-Manche : Stoptober (contraction de “Stop” et “October”). Mise en place en 2012, cette action initiée par le Public Health England fonctionne sur le même principe : une incitation à arrêter tous ensemble la cigarette pendant un mois, en octobre.

Le “Moi(s) sans tabac” français est directement inspiré de cette opération britannique : le kit d’aide à l’arrêt distribué en pharmacie, par exemple, est l’adaptation du “quit kit” anglais. Et de la même manière, l’opération est largement relayée sur les réseaux sociaux, avec l’appui des célébrités qui promettent elles aussi de relever le défi. Exemples avec l'humoriste Al Murray en Grande-Bretagne, l'équipe de la série Plus belle la vie en France.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Essayer, c'est déjà bien

Selon l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé), les résultats de Stoptober en Grande-Bretagne ont été positifs : en octobre 2012 lors de la première opération, les tentatives d’arrêt ont augmenté de 50% par rapport aux autres mois de l’année. Le dispositif a été repris chaque année depuis, et exporté en Nouvelle-Zélande et en Australie.

Après Stoptober 2015, le ministère britannique de la Santé a avancé que 215.000 fumeurs avaient pris part à l’opération, et que le pays comptait désormais 37% de fumeurs en moins par rapport à 1985.