Le brevet des collèges
Le brevet des collèges © PHOTOPQR/L'ALSACE/ Darek Szuster / PHOTOPQR/L'ALSACE/ Darek Szuster

Le Conseil supérieur de l'éducation a rendu un avis positif sur la réforme du collège. Selon Najat Vallaud-Belkacem, ce vote au CSE permet de "passer un cap."

Dans les mesures prévues par la réforme des collèges, chaque établissement décide de 20% de son emploi du temps pour du travail en petits groupes, il assure l'accompagnement personnalisé pour tous les élèves et met en place de nouveaux enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) à partir de la cinquième. L'apprentissage de la deuxième langue vivante pourrait être avancé d'un an, dès la 5e. en revanche, les classes bilangues (deux langues dès la 6e) et les sections européennes devraient disparaître.

Après trois semaines de discussions, depuis la présentation du projet par Najat Vallaud-Belkacem, le coeur de la réforme est adopté et quelques aménagements ont été obtenus.

Les précisions de Sophie Delpont

Prévue pour la rentrée 2016, la réforme devrait bénéficier d'un "plan de formation exceptionnel" promis par la ministre de l'Éducation.

Des syndicats et des enseignants divisés

Le secrétaire général de l'Unsa Éducation, Laurent Escure, a rappelé que les professeurs étaient des fonctionnaires "consciencieux dans la mise en oeuvre" de réformes décidées :

Il était temps que le collège bouge, ça fait 20 ans que le collège est enkysté.

Le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, le SNU.EP-FSU (enseignement professionnel), le Snalc (autre syndicat du secondaire), FO, la CGT et Sud ont voté contre la réforme. Les syndicats SE-Unsa, deuxième dans l'enseignement secondaire, et Sgen-CFDT, la fédération de parents d'élèves FCPE, les lycéens de l'UNL et les étudiants de l'Unef ont de leur côté approuvé le texte. Le décret a été adopté par 51 voix pour face à 25 votes contre et une abstention, la voix de la Peep, l'autre grande fédération des parents d'élèves dans le public.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.