Un passager ukrainien serait à l’origine de l’accident du bus Eurolines sur l’autoroute A9 dimanche matin. Un français et une espagnole y ont trouvé la mort, une trentaine d’autres personnes sont blessées.

eurolines
eurolines © MaxPPP/Niicolas Lelièvre

Le car de la compagnie Eurolines, qui transportait 44 touristes de plusieurs nationalités, a heurté une glissière de sécurité et s'est renversé en contrebas à Fitou, sur l'autoroute A9 dans la nuit de samedi à dimanche.

L'hypothèse d'un conflit entre le chauffeur et un passager, jugée peu sérieuse dans un premier temps par les enquêteurs, s'est rapidement confirmée.

"Ce qu'on sait simplement, c'est qu'un des passagers a confirmé ce qui nous paraissait totalement improbable, à savoir qu'effectivement il a tiré sur le volant à la suite d'un conflit avec le chauffeur , souhaitant que le bus s'arrête", a déclaré le procureur de Narbonne, David Charmatz.L'homme, un touriste ukrainien d'une trentaine d'années, sera à nouveau entendu aujourd'hui par les enquêteurs, qui s'interrogent sur son état psychiatrique.

Les précisions de Sébastien Germain :

Les blessés ont été transportés vers différents hôpitaux de la région. Le pronostic vital des deux blessés graves n'est pas engagé , estime la sous-préfète de Narbonne, Marie-Paule Bardèche.

fitou
fitou © Radio France

Les examens pratiqués sur le chauffeur, dont l'audition a dû être interrompue pour raisons de santé et reprendra plus tard, n'ont pas révélé la présence de drogue ou d'alcool, a-t-elle ajouté . La piste de la somnolence avait été envisagée dans un premier temps.

Le car, qui effectuait la liaison entre Marseille et Murcie, en Espagne, est passé par-dessus la barrière de sécurité dimanche vers 01h30 locales. Aucun autre véhicule n'est impliqué dans l'accident, a précisé Sébastien Lanoye, sous-préfet de Limoux, qui coordonne la cellule de crise de la préfecture de l'Aude.

C'est le deuxième accident mortel ce week-end dans l'Aude . Cinq jeunes ont trouvé la mort samedi dans un accident de voiture près de Carcassonne.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.