Deux jours après une nouvelle mobilisation contre le projet de réforme du code du travail , les représentants de l'UNEF, L'UNL ou encore de la FIDL étaient reçues à Matignon. Sur la base d'une réflexion menée avec la ministre du travail et la ministre de l'éducation nationale, Manuel Valls a présentéplusieurs "mesures concrètes" pour aider les jeunes à intégrer le marché du travail .

Accès au premier emploi

Une aide à la recherche du premier emploi (Arpe) sera crée pour les jeunes diplômés. 126 000 devraient en bénéficier"dès la rentrée 2016" et sur une durée de quatre mois. Cette mesure, au coût estimé de 130 millions d'euros par an fait suite à une demande de l'UNEF. Le premier syndicat étudiant réclamait une prolongation du versement des bourses entre la fin des études et le début de l'activité professionelle. La semaine dernière Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'éducation nationale avait concedé que cela pouvait être "une vraie réponse à un vrai problème" .

ALLER PLUS LOIN ►►►Loi travail : le désaccord persiste entre le gouvernement et les organisations de jeunesse.

Le plan jeunesse de Manuel Valls
Le plan jeunesse de Manuel Valls © Radio France / Visactu

Les bourses des lycéens elles seront augmentées de 10% en septembre prochain. Selon le gouvernement le montant moyen progresse de 63 euros par an, à 697 euros.

Parmi les organisations présentes à Matignon ce matin, des représentants des étudiants en formation professionelle. Pour les apprentis Manuel Valls annonce un coup de pouce à 80 millions d'euros pour relever les minima salariaux légaux des 16-20 ans. Les modalités de cette hausse de la rémunération des apprentis seront discutées avec les organisations professionelles et syndicales.

Jamais autant n'a été fait pour la jeunesse. Manuel Valls

La taxe CDD

D'autres bourses seront débloquées notamment pour les décrocheurs qui reprennent des études, pour ceux de classe intérmédiaires qui ne bénéficiaient jusque là que de l'éxonération des droits d'inscription. Autre mesure, des places reservées en IUT pour des bacheliers des filières technologiques. Le nombre de places en BTS sera aussi augmenté.

Au delà de ces mesures directement liées aux formations, Manuel Valls a voulu répondre aux inquiètudes de la jeunesse sur la précarité des premiers emplois. Face aux représentants d'une"génération CDD" très mobilisée contre la loi travail, le premier ministre a promis une taxation plus lourde des CDD , via les contributions patronales à l'assurance chômage. Elle était optionnelle, elle sera désormais obligatoire. Matignon précise que "c'est aux partenaires sociaux de définir le barême et le champ d'application de cette surcotisation" . Le but étant de favoriser l'embauche en CDI .

Côté patronat, cette taxation alourdie fait déjà grincer des dents. La CGPME annonce qu'elle envisage de"quitter la négociation sur l'assurance chômage" . Le syndicat dénonce "un coup de poignard porté dans le dos des entreprises" .

Le chômage des jeunes
Le chômage des jeunes © Radio France / Visactu

Nous sommes satisfaits mais nous restons mobilisés contre la loi travail. William Martinet, président de l'UNEF

Manuel Valls a t-il réussi à calmer la colère des jeunes ? A la sortie de cette réunion l'UNEF s'est dîte "satisfaite" des mesures d'insertion mais "reste mobilisée contre la loi travail" . La prochaine journée d'action est prévue le 28 avril.

"Qu'est-ce que vous voulez que ça nous fasse ?"

Du côté des manifestatnts de "Nuit Debout", on est plus que circonspect. Les annonces de Manuel Valls ont été entendues, bien sûr, mais après une douzième nuit sur place, beaucoup considèrent que c'est un coup d'épée dans l'eau. C'est bien simple : la conversation porte plus souvent sur les modalités d'action et d'organisation de la place de la République que sur les mesures gouvernementales.

Écoutez le reportage de Thibault Lefèvre sur place

Qu'est-ce que vous voulez que ça nous fasse, la protection du CDD ou du CDI ? Ça n'a pas de sens. On n'est pas vraiment gagnant, même si on nous jette quelques peanuts. Ce qu'on veut c'est réinventer l'organisation sociale, proposer quelque chose d'autre...

Le coût de ce plan d'aide à la jeunesse est estimé à400 à 500 millions d'euros . Deux autres mesures annoncées ce matin concernent l'accès au logement et une meilleure couverture santé. Le gouvernement proposela mise en place d'un droit universel à la garantie locative pour les moins de 30 ans . C'est l'agence Action Logement, financée par les cotisation sociales qui portera ce dispositif et non l'Etat directement.

L'accès à une couverture maladie universelle (CMU-C) pour les jeunes en rupture avec leur famille sera acceleré. Entre 30 000 et 50 000 personnes seraient concernées et la mesure devrait coûter 15 à 20 millions d'euros.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.