Marie-Arlette Carlotti
Marie-Arlette Carlotti © MaxPPP/Christophe Petit Tesson /

Le plan, présenté ce matin en Conseil des ministres, prévoit notamment un dépistage dès 18 mois. La ministre déléguée aux Personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, a précise qu’à partir du premier trimestre 2015 "une grille de dépistage des premiers signes, dès l'âge de 18 mois sera incluse dans le carnet de santé".

La ministre annonce également la création de 350 places -en plus des 40 actuelles- dites "de répit", permettant des placements de courte durée.

La ministre a également annoncé 700 places pour les petits en unité d'enseignement en maternelle, la formation de 5.000 professionnels du secteur médico-social aux méthodes éducatives et 1.500 places d'accueil en plus pour les adultes autistes.

Alors que la France accuse un retard de plusieurs décennies sur la prise en charge de l'autisme, qui touche de 250.000 à 600.000 personnes, la ministre admet que le 3ème plan qui s'étalera sur trois ans, de 2014 à 2017, s'est fait attendre car "on a voulu jouer la concertation, et il y avait des arbitrages budgétaires à faire".

Le budget de ce plan est de 205,5 millions d'euros en progression de 18 millions d'euros par rapport au précédent plan.

La ministre souhaite également à travers ce plan que "la France s'oriente vers une autre méthode dans la prise en charge de l'autisme" et met clairement en cause la méthode psychanalytique qui prévalait jusqu'ici. La prise en charge de l'autisme fait l'objet d'une vive opposition entre les partisans d'une méthode de soin psychiatrique d'une part, et éducative et comportementale d'autre part.

Valérie Cantié

Un première étape qui va dans le bon sens, pour Danièle Langloys, présidente d'Autisme France, la principale association de familles touchées par la maladie, mais tellement en deça de ec qu'il faudrait faire.

Danièle Langloys, était l'invitée du journal de 18h

Mots-clés:

Derniers articles

Culture

Le Jeu chez vous

vendredi 26 août 2016