Le gouvernement lance un plan de sauvegarde des routes nationales. Certaines de ces routes doivent selon le ministère des transports et certains usagers, être rénovées d'urgence. Un budget annuel de 1 milliard d'euros est prévu.

Le gouvernement va débloquer 1 milliard d'euros par an pour entretenir et moderniser ces routes.
Le gouvernement va débloquer 1 milliard d'euros par an pour entretenir et moderniser ces routes. © Radio France / Nationale 2 infos

La nationale 2, à hauteur du Plessis-Belleville, c'est une succession de nids de poule qui mettent à l'épreuve les amortisseurs. "Je la prends depuis 34 ans. C'est de pire en pire. il y a des trous partout. Ce qui est le plus dangereux, c'est quand il pleut : ça se remplit d'eau et c'est dangereux. Nos véhicules se dégradent", explique un automobiliste.

Même constat alarmant pour Cédric, conducteur de travaux et habitant de Milly-la-Forêt, qui fait le trajet trois fois par semaine en moyenne :

C'est tout pourri. Il y a plein de nids de poule. On est obligé de faire de gros écarts. Il y a beaucoup de camions en plus. La route est vraiment très détériorée.

Des automobilistes qui empruntent la nationale 2 régulièrement ont monté un collectif et ouvert une page facebook pour recenser tous les incidents :

Des automobilistes qui empruntent la nationale 2 régulièrement ont monté un collectif pour recenser tous les incidents.
Des automobilistes qui empruntent la nationale 2 régulièrement ont monté un collectif pour recenser tous les incidents. © Radio France / Nationale 2 Infos

Maxime, 31 ans, bagagiste à Roissy en est le responsable : "Tous les jours c'est minimum 5 dossiers, des jantes abîmées des pneus éclatés. Cela engendre des frais de 500 à 1 000 euros..."

1 milliard d'euros par an

La ministre des transports Elisabeth Borne a promis de débloquer 1 milliard d'euros par an pour rénover d'urgence les routes endommagées. Une annonce saluée par Pierre Chasseray, le directeur général de l'association 40 millions d'automobilistes : 

"C'est pas mal, cela va nous permettre de remettre les route en état. Car les budgets avaient baissé en moyenne de 20 %. Mais cela reste insuffisant, puisque le gros du territoire français, ce sont  les routes départementales et là, c'est le grand point d'interrogation."

On ne connaîtra que début 2019 la liste des routes nationales qui auront le droit à un gros lifting.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.