Invité de la matinale de France Inter, le ministre de l'Éducation nationale a évoqué ses pistes pour la rentrée de septembre. Il a notamment détaillé le système d'évaluation et d'éventuelles aides personnalisées pour les élèves ayant coupé les ponts avec l'école.

Jean-Michel Blanquer sur France Inter le 22 juin  2020
Jean-Michel Blanquer sur France Inter le 22 juin 2020 © Radio France

"Une catastrophe éducative mondiale" : voilà comment Jean-Michel Blanquer voit le confinement imposé par l'épidémie de coronavirus. Il n'y a en effet pas que sur l'économie qu'elle va laisser des traces durables. Pour le ministre, la pause forcée dans l'Éducation nationale a fait très mal : 8 % d'élèves décrocheurs au début du confinement, 4 % à la fin, au 11 mai, soit 500.000 élèves. Même s'il s'agit du taux de décrochage "le moins mauvais d'Europe", assure-t-il.

Un parcours personnalisé pour les décrocheurs

Pour rattraper ce retard accumulé, Jean-Michel Blanquer souhaite lancer "un plan ultra volontariste". "On a un plan de décrochage pour chaque académie de France", explique-t-il. "Chaque rectorat a son plan de lutte contre le décrochage scolaire. D'abord pour contacter réellement toutes les familles, et ensuite pour avoir un parcours personnalisé pour ces élèves. C'est la première des priorités pour la préparation de la rentrée. C'est aussi pour ça qu'on a bâti les vacances apprenantes, le soutien scolaire gratuit à la fin des vacances d'été, et toutes les stratégies que nous élaborons pour la rentrée scolaire."

Plus largement, pour les décrocheurs mais aussi tous les élèves qui auront des lacunes à l'issue de cette période bien particulière, le ministre annonce "des évaluations de début d'année". "J'y tiens beaucoup, pour le CP et le CE1 on l'a déjà fait ces dernières années. En 6e on va avoir une évaluation particulièrement robuste, notamment sur le français et les mathématiques, notamment pour déclencher de l'aide personnalisée."

Des évaluations à tous les niveaux, obligatoires ou recommandées

Cela ne sera pas limité à ces trois classes : "Chaque niveau aura son évaluation. Ce sera systématique et obligatoire pour le CP, CE1, 6e et 2de. [Pour les autres niveaux] le professeur disposera d'outils d'évaluation, qui sont particulièrement renforcés pour la rentrée, avec un peu plus de liberté dans leur manière de l'utiliser. Mais à chaque fois, ce qui est recommandé, c'est de les utiliser, et d'en tirer des conséquences sur le déclenchement d'une aide personnalisée."

"Nous discutons de cela avec les organisations représentatives, avec l'ensemble du milieu de l'Éducation nationale", assure Jean-Michel Blanquer. "On va laisser beaucoup de marge de manœuvre aux acteurs, aux établissements, pour concevoir leur propre manière de faire ce rattrapage, en leur donnant des moyens en heures supplémentaires et en liberté d'organisation."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.