À l'occasion des 15es journées de la schizophrénie, qui se tiennent jusqu'à 24 mars, le site schizinfo.com propose aux internautes de vivre une expérience étonnante : voir comment un schizophrène vit une situation donnée.

Comment la schizophrénie modifie-t-elle nos perceptions ? Un site internet interactif permet de comprendre comment un malade interprète une situation banale comme un repas de famille
Comment la schizophrénie modifie-t-elle nos perceptions ? Un site internet interactif permet de comprendre comment un malade interprète une situation banale comme un repas de famille © AFP / Hans Lucas / Martin Bertrand

L'Association des journées de la schizophrénie a mis en ligne sur le site schizinfo.com a crée un outil pédagogique pour expliquer ce qu'est cette maladie qui touche 660 000 personnes en France à des degrés divers, et qui, prise en charge précocement, peut dans la plupart des cas se soigner pour atténuer les symptômes.

La scène dure un peu plus de deux minutes, elle est décrite par le patient schizophrène : une famille autour d'une table. Il y a le cousin, la sœur, la grand-mère. Première version : la scène normale. 

Deuxième version ce qui peut être perçu par une personne schizophrène, la persécution notamment. 

Comment la schizophrénie modifie-t-elle nos perceptions ?

Le schizophrène peut voir une réalité tronquée, entendre des voix, mal interpréter des gestes ou des signes. On dit souvent qu'il souffre d'un dédoublement de la personnalité. Mais ce n'est pas tout à fait ça. Jean Christophe Leroy préside les journées de la schizophrénie :"Le dédoublement de la personnalité c'est une maladie qui fait qu'une personne peut avoir un comportement tout à fait différent d'un moment à l'autre. La schizophrénie c'est une maladie où on ne peut pas faire la différence entre ce qui est réel et ce qui ne l'est pas." 

L'un des objectifs est aussi de combattre les idées reçues

La bonne nouvelle, c'est que prise à temps, la schizophrénie se soigne. 

La maladie démarre en général entre 15 et 25 ans. Dans 70% des cas, le traitement permet de vivre une vie à peu près normale. 20% des personnes traitées sont même considérées comme guéries et sont totalement intégrées socialement et professionnellement.   

► POUR EN SAVOIR PLUS | 15es JOURNÉES DE LA SCHIZOPHRÉNIE

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.