Médecine
Médecine © Fotolia

Ce ver, l'Arenicola colonise les plages bretonnes.Il intéresse les pêcheurs qui l'utilisent comme appât. Mais il intéresse désormais la médecine. Selon un biologiste breton, ce ver pourrait produire un substitut sanguin universel et sauver des vies.

L'arenicola ne mesure que quelques centimètres seulement, mais il suscite un grand espoir pour la médecine. Cette découverte on la doit à Franck Zal. Ce biologiste breton a choisi d'étudier ce petit ver marin presque par hasard. Bien lui en a pris car il découvre que le sang de l'Arenicola est dépourvu de globules rouges et qui'il peut donc être de type universel. A l'heure où lon manque de sang, sa molécule deviendrait donc un substitut sanguin universel.

Plusieurs solutions thérapeutiques, l'US Navy intéressée

Et les applications médicales sont nombreuses selon Franck Zal : subsituts sanguins, solutions pour préserver les greffons, pansements pour soigner les malades du diabète.... Pour confirmer ces espoirs, des essais cliniques doivent être menés dans les prochaines semaines sur une soixantaine de patients en attente de transplantation rénale.

De l'autre côté de l'Atlantique, l'US Navy regarde cette découverte de très près. Après avoir pris contact avec le chercheur breton, elle pense utiliser cette molécule pour soigner les oedèmes cérébraux de ses soldats.

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.