C'est la dernière trouvaille technologique pour aider les policiers et gendarmes dans leurs enquêtes. Crim'in a été présentée au salon Milipôl et distribuée aux policiers et gendarmes cette semaine.

L'application permet de "dématérialiser" les scènes de crime
L'application permet de "dématérialiser" les scènes de crime © SICOP

Milipôl à Villepinte, c'est le premier salon au monde des équipements de sécurité militaire et de sécurité intérieure, police et gendarmerie... Et l’occasion de venir repérer les futurs équipements et/ou "gadgets" technologiques (drones, logiciels morphologiques, détecteurs de métaux que l’on enfile comme un gant pour éviter d’avoir à effectuer des contacts physiques lors de palpations à l’entrée des stades ou ailleurs etc), mais aussi de dévoiler des savoir-faire créés spécifiquement pour la police. 

Exemple : Crim‘in, une application où les scènes de crime (plan, photos, prélèvements...) sont reproduites et dématérialisées.

►ECOUTER : Le reportage d'Emmanuel Leclère

1 min

Une application pour scanner les scènes de crime

Par Emmanuel Leclère

Sa conception a pris trois ans. Une application n'est d'ailleurs pas réservée aux crimes, et peut aussi servir pour "des centaines de milliers d'infractions du quotidien", selon ses concepteurs.

Réduire le temps nécessaire sur le terrain

Désormais, plus de crayon et de papier pour noter tous les indices. On peut recréer la scène sur la tablette, pour obtenir un plan des lieux établi, à échelle, avec un télémètre laser. L'application peut donc modéliser, au centimètre près, chaque indice sur la scène. Adrien Sivignon, enquêteur à la police scientifique, assure que "cela va aussi permettre d'améliorer grandement la traçabilité de nos prélèvements. Sur le terrain, je vais aller scanner les codes barre de nos prélèvements, qui vont alimenter notre fichier central. Arrivé au laboratoire, ce prélèvement va être rescanné pour partir en analyse."

L'application va ainsi permettre de réduire le temps nécessaire pour passer au peigne fin une scène de crime. "Il n'y a pas de double saisie, en utilisant cinq logiciels différents... _Là, c'est un logiciel tout en un, qui nous permet de centraliser toutes les données._"

Au total, 12 000 tablettes ont été livrées cette semaine avec l’appli Crim’in dans les commissariats, les services régionaux de police judiciaire et les offices centraux.L'

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.