Sur fond de crise migratoire, des bénévoles ont lancé un annuaire en ligne accompagné d’une carte pour faire le point sur des initiatives citoyennes pour aider les migrants.

Une distribution de nourriture à des migrants, à Paris
Une distribution de nourriture à des migrants, à Paris © AFP / Joël Saget

“Mille initiatives citoyennes de solidarité avec les migrants” : c’est ce qu’annonce la carte interactive disponible depuis quelques jours sur le site Sursaut Citoyen, créé par un groupe de bénévoles engagés auprès de différentes associations qui viennent en aide aux migrants qui arrivent sur le territoire français.

Donner une visibilité aux actions

Cette carte, qui s’accompagne d’un annuaire en ligne, a deux vocations : d’une part donner une visibilité aux initiatives citoyennes d’aide aux réfugiés pour permettre à ceux qui souhaitent s’investir de rejoindre une action, d’autre part d’offrir aux migrants qui en ont besoin une information sur l’aide dont ils peuvent bénéficier.

Cliquez ici pour accéder à la carte des initiatives citoyennes

La carte des initiatives citoyennes
La carte des initiatives citoyennes / Capture d'écran

Que trouve-t-on sur cette carte, qui couvre tout le territoire français ? “Çà va de la mise en place de petits déjeuners à de l’accueil juridique”, explique Stéphane, l’un des bénévoles à l’origine de cette opération. “Il y a des retraités et des étudiants qui logent des demandeurs d’asile, il y a des collectifs qui proposent des activités sportives, c’est vraiment très très large”, poursuit-il.

Vers une traduction en six langues

“L’idée, c’était à la fois de montrer tout ce qui existe, et aussi, face à un repli identitaire, nous on voulait montrer cette France du terrain, ces citoyens et ces citoyennes”, explique Stéphane, qui ajoute qu’il “y a une vraie dynamique collective qui s’est mise en place”.

ECOUTER | Le reportage d’Eva Jednak avec des bénévoles, à Paris

La carte s’enrichit en effet au fil des contributions volontaires, venant d’individuels (comme les particuliers qui proposent un hébergement) ou d’associations et de collectifs. Ses initiateurs ont prévu de traduire le site en six langues d’ici au mois de septembre, et d’y ajouter des pictogrammes pour la rendre plus accessible à tous les migrants.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.