Le Chalet de Bellefontaine, là ou les 15 migrants auraient du résider
Le Chalet de Bellefontaine, là ou les 15 migrants auraient du résider © Les Peep

Le préfet envisageait d’héberger dans une colonie de vacances privée d’Etival-Clairefontaine une quinzaine de réfugiés de la "jungle de Calais" qui ont renoncé à migrer vers l’Angleterre. Le maire de cette commune de 2600 habitants a fait voter cette semaine une motion contre ce projet en conseil municipal, en évoquant d'éventuels troubles à l'ordre public.

Christian Fegli, le maire divers droite - ancien gendarme comme il aime à la rappeler - a été surpris par le projet d'accueil de 15 migrants sur sa commune. Il brandit une menace pour l'ordre public

Christian Fegli

Si le maire d'Etival-Clairefontaine a réuni sa majorité sur une motion de rejet, l'élu provoque aussi l'indignation, à commencer par le collectif des sans-papiers des Vosges et son porte-parole Jean-Louis Didelot

Le chalet de Bellefontaine est un espace de trois hectares et demi à trois kilomètres du centre-ville. Un lieu paisible avec de la verdure et un étang qui accueillait encore des d'enfant cet été.

L'association qui gère la structure, et a naturellement mis à disposition de l'Etat ce lieu d’hébergement, s'étonne aussi de la réaction des élus. Ce lieu prévu pour une centaine de couchage devrait accueillir une quinzaine de migrants venu de la jungle de Calais .

Le préfet des Vosges n'a fait aucun commentaire et le ministère de l'intérieur précise qu'il continue sa politique avec un millier de migrants qui ont accepté de quitter Calais pour être répartis à travers toute la France.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.