Deux associations environnementales épinglent dans une enquête la composition des crèmes et sprays solaires destinés aux plus jeunes. Parmi les produits identifiés notamment, des allergènes, des nanoparticules et des perturbateurs endocriniens.

De grandes marques comme Garnier ou Mixa sont notamment pointées du doigt.
De grandes marques comme Garnier ou Mixa sont notamment pointées du doigt. © Getty / firemanYU

Gare à certaines substances dans les crèmes solaires pour enfants. C'est le message qu'envoient ce jeudi dans une vaste enquête commune deux associations, Wecf France et Agir pour l'Environnement. Parmi les produits "préoccupants" identifiés, des perturbateurs endocriniens, des allergènes ou encore des nanoparticules : "Les enfants sont particulièrement vulnérables face aux risques d’exposition à ces substances plus ou moins préoccupantes", soulignent les organismes.

Pour parvenir à de tels résultats, les deux associations ont scruté à la loupe 71 produits solaires pour enfants, représentatifs de ce que l'on peut acheter en grande distribution, en pharmacie et dans les circuits bio. Wecf France et Agir pour l'Environnement ont notamment décrypté les étiquettes, tout en les comparant à des données scientifiques. 

29 substances "préoccupantes" identifiées

Conclusion : 29 substances jugées "préoccupantes" ont été dénichées. Et si la quantité de produits inquiétants varie selon la crème et la marque étudiées, aucune n'en est exempte. En outre, 9 crèmes sur 71 contiennent au moins dix substances problématiques. Et plus de la moitié (41 produits sur 71) contiennent "au moins un ingrédient extrêmement préoccupant à interdire".

De plus, trois produits qui ont été analysés en laboratoire contiennent des nanoparticules, "alors qu’ils ne l’indiquent pas sur l’emballage : ils sont donc en infraction avec la réglementation sur les cosmétiques", pointent les associations. Et sept substances classées "extrêmement préoccupantes" sont reconnues pour leurs effets néfastes pour le milieu aquatique.

"Une fois entrés dans le cycle environnemental, certains composés non-biodégradables peuvent y persister des années, provoquer des dommages à long terme et s’accumuler dans la chaîne alimentaire, jusque dans nos assiettes (...) Certains filtres UV ont des effets toxiques, affectant la croissance de la flore marine ou perturbant la reproduction ou le comportement des poissons."

Certaines marques plus pointées du doigt que d'autres

Si l'on épluche le tableau comparatif établi par les associations environnementales, plusieurs produits et marques sont particulièrement épinglées :

  • La crème confort anti-sable et la brume invisible "Sun for Kids" de la marque Lancaster, qui contiennent respectivement 15 et 13 substances jugées "préoccupantes".
  • Des crèmes de la marque Garnier : le spray gâchette "sensitive expert", le spray hydratant très haute protection et la crème "enfant sensitive". Ces trois produits contiennent de 10 à 12 substances "préoccupantes".
  • Le spray hydratant "haute protection kids" de la marque Lovea, 11 substances "préoccupantes".
  • 8 substances "préoccupantes", aussi, dans le lait protecteur visage et corps Corine de Farme. Mêmes résultats pour le "Transparent spray wet skin" de la marque Isdin Pediatrics, et la brume fine solaire peau sensible de Mixa.

L'enfance, "période critique"

Les associations alertent sur une exposition à ces produits sur des enfants en bas âge : "Au cours de cette période critique, des expositions répétées à ces composés, y compris à de faibles doses, peuvent augmenter les risques de maladies chroniques à court, moyen ou long terme. Leur peau encore très fine rend les enfants plus sensibles à une exposition cutanée."

Wecf France et Agir pour l'Environnement réclament en ce sens la saisine de l'Anses (l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), pour évaluer les risques d'exposition à ces substances. Elles demandent aussi à la Commission européenne d'agir au plus tôt pour "réglementer les 28 perturbateurs endocriniens avérés ou suspectés utilisés en cosmétique."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.