Alors que les "gilets jaunes" se mobilisent ce samedi pour la 23e fois consécutive, les origines de cette fronde sociale inédite divisent toujours les chercheurs. Selon une étude, la baisse de la limitation de vitesse à 80km/h a été un déclencheur plus important que l'augmentation des taxes sur le carburant.

Selon une étude, c'est dans les départements les plus concernés par la réforme des 80 km/h qui se sont le plus mobilisés les "gilets jaunes"
Selon une étude, c'est dans les départements les plus concernés par la réforme des 80 km/h qui se sont le plus mobilisés les "gilets jaunes" © AFP / Sebastien Bozon

Et si l'augmentation des taxes sur le carburant, et notamment le diesel, n'était qu'une simple vitrine ? Depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", le 17 novembre, manifestants et observateurs s'accordent à considérer que c'est cette mesure du gouvernement qui a déclenché la fronde.

Pourtant, alors que se profile ce week-end le 23e samedi de mobilisation d'affilée, une étude de l'Institut des politiques publiques, publiée cette semaine, met en doute cette version. Les chercheurs voient plutôt les racines du mouvement ancrées dans la baisse de la limitation de vitesse à 80 km/h, entrée en vigueur au 1er juillet dernier, et largement dénoncée dans les départements ruraux.

"Les territoires où les salariés doivent parcourir une plus grande distance se sont le plus mobilisés"

Cette étude, qui se penche sur le "territoire des gilets jaunes", s'appuie sur une analyse des groupes Facebook et sur une carte des blocages prévus le 17 novembre dernier. Résultat : les départements qui comptent le plus de véhicule diesel n'étaient pas forcément les plus mobilisés. "Les territoires qui se mobilisent le plus, sont les territoires qui ont connu une plus grande densité de routes qui sont passées à une vitesse maximale de 80 km/h", explique l'économiste Benoit Schmutz, l'un des auteurs de l'étude. "Par ailleurs, si on se penche sur la distance entre le domicile et le travail, les territoires où les salariés doivent parcourir une plus grande distance se sont le plus mobilisés". 

Le taux de chômage plus mobilisateur que le vote Le Pen ou Mélenchon

Cette étude, qui porte sur 1 528 groupes Facebook permet aussi de questionner les motivations politiques : les "gilets jaunes" ont-ils tenté de déclencher un troisième tour de l'élection présidentielle ? Là encore, ce n'est pas évident pour Benoît Schmutz : "Nous avons essayé de mettre en regard nos indicateurs de mobilisation avec les résultats du premier tour de l'élection présidentielle. En première instance, on observe que la mobilisation est associée à certaines caractéristiques politiques : elle frappe notamment les zones à fort taux d'abstention, ou celle ayant voté de façon plus importante qu'ailleurs pour Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen. Mais en réalité, ces corrélations disparaissent dès que l'on prend en compte le contexte socio-économique local, que ce soit au travers du taux de chômage ou les inégalités salariales. Il semble que le prisme politique ne soit pas le plus important pour étudier les origines de ce mouvement".

Mais ce travail ne permet pas de tirer de conclusions sur le mouvement tel qu'il se présente aujourd'hui, ni sur les raisons de sa longévité, car les données portent uniquement sur les groupes Facebook locaux créés et alimentés entre le 17 novembre et la mi-décembre. Depuis, le mouvement s'est transformé et structuré, avec par exemple un regroupement des pages Facebook par département.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.