La grève devrait durer jusqu'à vendredi 6h30
La grève devrait durer jusqu'à vendredi 6h30 © MaxPPP

Le trafic était "fortement perturbé" jeudi sur la ligne A du RER, la plus fréquentée d'Europe, par une grève à l'appel de quatre syndicats qui dénoncent des manquements à la sécurité lors de la découverte de colis suspects, alors même que le pays est soumis à l'état d'urgence.

A 7h, un train sur deux circulait sur la portion exploitée par la RATP, sur les branches Saint-Germain-en-Laye, Boissy-Saint-Léger et Marne-la-Vallée-Chessy. La régie annonce un train sur quatre en heures creuses. Le trafic de la ligne la plus fréquentée est fortement perturbé ce jeudi par une grève, initiée à l’appel de quatre syndicats, lesquels dénoncent des "manquements à la sécurité", lors de la découverte de colis suspects dans le contexte de l’état d’urgence. Le mouvement de grève devrait durer jusque vendredi 6h30.

> Consultez l'état du réseau actualisé en temps réel sur le site de la RATP

Certaines lignes renforcées

L'interconnexion avec la partie SNCF de la ligne (Poissy et Cergy-Le-Haut jusqu'à Nanterre-Préfecture), non concernée par le préavis, "est maintenue". Un train circule toutes les dix minutes au départ ou à destination de Cergy aux heures de pointe, depuis ou à destination de La Défense. La gare de Poissy devait, elle, être desservie par les trains de la ligne J de la SNCF ayant pour origine la gare Saint-Lazare. Dès l’aube, la RATP a renforcé les lignes 1 et 14 de métro, et devait le faire progressivement pour les lignes 2, 6 et 9 et certaines lignes de bus régulières.

Les signalements de colis suspects quatre fois plus nombreux

Dans leur préavis commun, l'Unsa, la CGT, SUD et FO protestent contre des "consignes managériales inadaptées et dangereuses lors du traitement des objets abandonnés". Selon la CGT, "certaines valises laissées sur les quais sont ouvertes sans prévenir la police". La RATP assure de son côté que lorsqu'un colis suspect est signalé à un membre du personnel, il "prévient la permanence générale qui demande l'intervention des services de police". Selon la RATP, les signalements de colis "déclarés suspects" sont en hausse depuis le début de l'année et ont été multipliés par quatre depuis les attentats du 13 novembre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.