Selon le PV qui lui a été remis, elle ne portait pas "une tenue correcte respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité".

Depuis l'arrêté "anti burkini" les policiers municipaux patrouillent sur les plages de Cannes pour vérifier la conformité des tenues
Depuis l'arrêté "anti burkini" les policiers municipaux patrouillent sur les plages de Cannes pour vérifier la conformité des tenues © Maxppp / Patrice Lapoirie

Cette mère de famille toulousaine est toujours sous le choc, une semaine après avoir été expulsée de la plage de Cannes avec sa famille. Siam, 34 ans, une ancienne hôtesse de l’air, était sur la plage, entourée de sa famille, portant sur la tête un voile fleuri et un legging. Les policiers municipaux de Cannes lui ont dressé une contravention estimant que, par sa tenue, elle contrevenait au respect de la laïcité.

Une femme, témoin de la scène, a expliqué à l'AFP que le pire avait été de constater les réactions des autres estivants : "Le plus triste, c'est que des gens criaient 'rentre chez toi !', certains applaudissaient la police. Pendant ce temps-là, sa fille pleurait."

Stéphane Iglésis a rencontré Siam

Le maire de Cannes a pris fin juillet un arrêté dit "anti-burkini"

Pour David Lisnard, le maire de la ville, "les femmes qui ont un 'simple voile' ne sont pas verbalisées à Cannes". L'édile dit ne pas douter "du fondement du PV dressé sur la base stricte de la réglementation". Le maire dénonce, autour de cette affaire, "un buzz voulu, orienté et dangereux. Certains veulent alimenter l'idée d'une forme de ségrégation, c'est abject".

L'arrêté pris le 18 juin, ne vise pas spécifiquement le burkini, ce maillot de bain très couvrant, mais il interdit l'accès aux plages et à la baignade "à toute personne n'ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité, respectant les règles d'hygiène et de sécurité des baignades adaptées au domaine public maritime". David Lisnard expliquait alors qu'il ne s'agissait "pas d'interdire le port de signes religieux à la plage (...) mais les tenues ostentatoires qui font référence à une allégeance à des mouvements terroristes qui nous font la guerre". Son exemple a été suivi par plusieurs autres communes de la Côte d'Azur, mais pas seulement.

Le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) avait recueilli mardi les témoignages de 16 femmes verbalisées en France dans ce cadre. Son directeur Marwan Muhammad explique qu'"aucune de ces femmes ne portait de burkini, mais toutes avaient les cheveux couverts. Certaines se baignaient, d'autres étaient simplement sur le rivage avec leurs enfants".

L'association tente, aux côtés de la Ligue des droits de l'homme, de faire annuler les arrêtés anti-burkini. Le Conseil d'État doit examiner jeudi une requête de la LDH contre un arrêté pris par la commune de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes).

En France, qu'est ce qui est permis et qu'est ce qui est interdit
En France, qu'est ce qui est permis et qu'est ce qui est interdit © AFP / Iris Royer de Véricourt

_POUR EN SAVOIR PLUS 
_► Le maire de Cannes interdit le port du burkini
Le débat autour du burkini continue d'agiter la France
► Il n'y avait pas de burkini sur la plage de Sisco