"Freiner sans enfermer" : une partie de la France, dont la région francilienne, bascule dans un nouveau confinement sept jours sur sept. 21 millions de Français sont concernées. Le couvre-feu qui touche tout le pays est allégé d'une heure. Les écoles restent ouvertes et les activités en plein air sont favorisées.

Le Premier ministre s'est exprimé jeudi soir face aux Français.
Le Premier ministre s'est exprimé jeudi soir face aux Français. © AFP / Martin Bureau

C'est le retour du confinement : à partir de vendredi minuit et pour quatre semaines, les régions Île-de-France et Hauts-de-France, les départements des Alpes-Maritimes, de l'Eure et de Seine-Maritime basculent dans un nouveau confinement, a annoncé le Premier ministre jeudi soir, lors du point hebdomadaire du gouvernement sur l'épidémie de coronavirus. Ce confinement sera appliqué sept jours sur sept, contrairement à ce qui était jusqu'ici en vigueur dans les Alpes-Maritimes par exemple.  

“La progression de l’épidémie s’accélère nettement”, a constaté Jean Castex, selon qui “le pays traverse une troisième vague”. “La situation se dégrade, notre responsabilité est qu’elle ne nous échappe pas”, a-t-il encore affirmé. 

La carte de France des départements confinés sept jours sur sept

Selon le chef du gouvernement, l'épidémie demeure disparate selon les régions mais cette situation appelle par endroits “des mesures beaucoup plus fortes”. L'objectif est de “freiner sans enfermer”, a insisté Jean Castex.  Mais les mesures annoncées ce jeudi pourront être étendues “si nécessaire” à d'autres parties du territoire. 

Au total, 16 départements (Aisne, Alpes-Maritimes, Essonne, Eure, Hauts-de-Seine, Nord, Oise, Paris, Pas-de-Calais, Seine-et-Marne, Seine-Maritime, Seine-Saint-Denis, Somme, Val-d'Oise, Val-de-Marne, Yvelines) sont concernés par ce nouveau confinement, soit plus de 21 millions d'habitants.

Pour les 16 départements concernées par le confinement, les activités extérieures resteront autorisées dans un rayon de 10 km, sous la condition de pouvoir présenter une attestation de déplacement en journée. Elles ne seront pas limitées dans le temps. En revanche, les déplacements inter-régionaux seront interdits par le confinement, sauf motifs impérieux ou professionnels. 

Les écoles et collèges restent ouverts  

Dans ces deux régions et ces trois départements, les écoles et collèges vont rester ouverts. Mais les lycées devront retrouver un fonctionnement avec en demi-jauges. Les universités continueront à fonctionner comme elles le font actuellement. 

En revanche, l'éducation physique et sportive des scolaires pourra reprendre normalement et les activités sportives extra-scolaires en plein air des mineurs seront maintenues.

Commerces de "première nécessité" uniquement

Seuls les commerces qui vendent "des biens et services de première nécessité" seront autorisés à ouvrir dans les 16 départements concernés. La notion de biens essentiels a été étendue à la musique et aux livres. Et lundi aux coiffeurs.

Jean Castex a aussi demandé au moins quatre jours sur cinq de télétravail par semaine "à toutes les entreprises et administrations qui le peuvent". "Le moment des repas sur les lieux de travail" est particulièrement à risque, a dit le Premier ministre, qui a demandé la mise en place "d'ici le début de la semaine prochaine" d'un "protocole significativement renforcé pour la restauration collective en entreprises".

Le couvre-feu retardé d'une heure dans toute la France

Le couvre-feu s'applique toujours à l’ensemble du territoire, mais sera décalé à 19 heures à partir de samedi, pour tenir compte du passage à l’heure d’été, prévu dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 mars.

Le vaccin AstraZeneca remis en service

À l'heure actuelle, plus de 5,7 millions de personnes ont reçu une première dose contre la Covid-19. "Nous tiendrons les objectifs fixés avec 10 millions de vaccinés à la mi-avril, 20 millions à la mi-mai", a précisé le Premier ministre. 

Concernant la vaccination avec le vaccin AstraZeneca, elle reprendra dès vendredi, a annoncé le chef du gouvernement. Jean Castex a d'ailleurs précisé qu'il se ferait lui-même vacciner dès vendredi avec ce vaccin, en région parisienne. Ce vaccin contre le coronavirus est "sûr et efficace" et "n'est pas associé" à un risque plus élevé de caillots sanguins, a annoncé plus tôt dans l'après-midi l'Agence européenne des médicaments (EMA). La campagne avec ce serum était suspendue en France depuis l'intervention, mardi après-midi, du chef de l'État.