grenoble est la ville la plus accessible aux handicapés
grenoble est la ville la plus accessible aux handicapés © reuters

L’application de la loi de 2005 est "totalement utopique" même s’il y a "urgence" . La nouvelle secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées a défendu devant le Sénat un texte qui se veut pragmatique. Selon Ségolène Neuville, il n y a aucune chance que les établissements recevant du public soient tous accessibles aux handicapées d’ici la fin de l’année.

Or la loi du 11 février 2005 prévoit notamment des poursuites (fermeture d’établissement, remboursement de subventions publiques, amendes…) si ce délai n’est pas tenu. Le nouveau projet de loi examiné en procédure accélérée prévoit donc de repousser l’échéance de trois à neuf ans avec quelques contraintes pour les établissements. Ces nouveaux délais seront fixés par ordonnance par le gouvernement. Le Sénat a adopté le texte à l’unanimité le mois dernier. Il est à son tour examiné mardi soir et mercredi à l’Assemblée nationale.

Pour la pilote d'avion handicapée Dorine Bourneton, la mise aux normes est une question de mentalité

Très peu de bâtiments ou gares aux normes

La plupart des bâtiments ne sont pas aux normes. Deux millions d’entre eux, publics ou privés, reçoivent du public, mais seuls 330.000 selon le gouvernement ont fait l’objet des travaux nécessaires pour accueillir notamment des personnes en fauteuil roulant.

A peine la moitié des écoles sont accessibles à tous, 50 gares sur 172 sont pour l’instant aux normes, la SNCF assurant que l’échéance du 13 février 2015 sera tenue pour les 122 gares restantes. 80% des logements ont désormais un ascenseur ou des appartements au rez-de-chaussée mais selon la secrétaire d’Etat Ségolène Neuville, "il s’agit d’une estimation contestée" .

Nouveaux délais, moins de sanctions

Le projet de loi du gouvernement Valls donne un peu d’air à ces établissements qui ne respectent pas la loi de 2005. Il habilitera le gouvernement à légiférer par ordonnance sur de nouveaux délais de trois à neuf ans. Des amendements, adoptés en commission par les députés, prévoient de contraindre les établissements concernés à s’engager sur un agenda de travaux précis sous peine de sanctions.

Le gouvernement veut également donner un coup de pouce à ces établissements qui doivent assumer parfois de lourds travaux de mises aux normes. Selon la secrétaire d’Etat Ségolène Neuville, la Caisse des Dépôts et BpiFrance devraient leur proposer des prêts à taux avantageux. Elle insiste également sur le recrutement depuis cette année de 1.000 jeunes en service civique qui doivent "orienter et accompagner les acteurs dans leur démarche d’accessibilité."

Les associations dénoncent des lobbys

Les associations de défense des handicapés se mobilisent depuis plusieurs mois contre ce texte. L’association des paralysés de France a lancé une grande campagne de mobilisation sous le titre N’écoutez pas les lobbys . Une pétition "la liberté d’aller et de venir ne peut pas attendre dix ans de plus "Le texte de la pétition")" portée par le nageur Philippe Croizon a déjà recueilli 222.000 signatures.

"C'est la double peine", le reportage de Géraldine Hallot

Dorine Bourneton est dans un fauteuil roulant depuis un accident d’avion quand elle avait 16 ans. Quatre ans plus tard, elle décroche son brevet de pilote de voltige aérienne. Elle a publié dans le Journal du Dimancheune lettre ouverte à François Hollande.

Invitée du journal de 13h, elle rappelle qu'elle est devenue la première femme pilote de voltige aérienne au monde mais qu'elle connaît des difficultés dans son quotidien, pour aller chercher le pain, accéder à l'école de son enfant, aller à la pharmacie... "Qui pourrait tolérer de ne pas pouvoir aller aux toilettes une journée entière ?" s'inquiète-t-elle.

Dorine Bourneton estime que la mise aux normes est une question de volonté, de mentalité plus que de coût car "une simple pente en alu pour accéder à un magasin coûte cent euros."

La pilote Dorine Bourneton était l'invitée de Claire Servajean à 13h

Des anonymes postent également sur les réseaux sociaux des photos d’eux avec une pancarte parfois humoristique pour expliquer à quel point ils ont besoin d’avoir accès à tous les lieux publics dans leur quotidien ( "as envie de faire la Wonder Woman pour pisser au resto !", "Je veux pouvoir aller chez le dentiste sans aller à l'hôpital", "Je veux pouvoir aller en discothèque, à la piscine… ")

Le palmarès 2014 des villes accessibles aux handicapés
Le palmarès 2014 des villes accessibles aux handicapés © Idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.