Le confinement s’installe et oblige les familles à trouver des solutions malgré tout, pour faire prendre l’air aux enfants. En centre-ville de Nantes, où l’accès aux parcs est maintenant interdit sur décision préfectorale, les habitants d’une même rue s’organisent. C’est chacun son tour pour aller jouer.

Les enfants ne se mélangent plus dans la rue pour jouer
Les enfants ne se mélangent plus dans la rue pour jouer © Simon Mazurelle

Quartier Viarme à Nantes. La rue fait guère plus d'une centaine de mètres de long et elle n'est pas tellement fréquentée. En temps normal, les enfants s'y mélangent par affinités d'âge. "C'est un peu bizarre parce que d'habitude il y a tout le temps plein de monde avec nous", raconte Lilith, l'aîné d'une famille de 4 enfants. "Du coup, on parle et on se prête des jeux". Mais depuis le confinement, tout cela est terminé. "On est tout seul, et on s'ennuie un peu, parce qu'il n'y a personne pour jouer avec nous", regrette la petite fille du haut de ses 11 ans. 

Un accord tacite des familles pour occuper la rue tour à tour.

Cet après midi là, et pour un gros quart d'heure, elle joue avec Rosa, Ange et Ulysse - ses trois frères et sœurs de 4 à 9 ans. Partie de foot animée par Simon, le papa. "Notre famille est la plus imposante du quartier. Elle est bien présente en nombre et en volume sonore" rigole t-il. "Là, c'est notre petit créneau. Nous allons jouer jusqu'à l'heure du goûter. Après, nos voisins d'à côté vont venir, et nous allons leur laisser la place. Ensuite, il y a deux autres petits garçons, deux frères, qui jouent au badminton tous les après-midis." 

L'organisation entre les familles n'a pas été vraiment calculée.  Celles-ci fonctionnent par accord tacite. 

Avant de jouer dehors quand la place est libre, les quatre frères et sœurs suivent la classe avec leurs deux parents. Mais ces derniers travaillent également à domicile.  

Après plusieurs heures de cohabitation, il y a fatalement un moment où tout le monde a besoin d'air et d'espace. "Quand on est toujours tous les quatre ensemble, c'est un peu long et on se dispute un peu souvent", admet Rosa, lucide. La sortie - pour faire du skate, du vélo ou du foot -  vient permettre à chacun de se défouler, avant de laisser la place aux suivants.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.