La salle de prière du quartier Mezzavia -
La salle de prière du quartier Mezzavia - © Radio France

Un incendie, d’origine probablement criminelle, a ravagé tôt samedi matin une salle de prière de la communauté musulmane à l’entrée d’Ajaccio. L’incident survient quelques mois après les débordements anti-musulmans, survenus dans le quartier des Jardins de l’Empereur.

Le feu, qui s’est déclaré tôt ce samedi matin peu avant 5h, a ravagé la salle de prière,l’une des deux plus grandes de la ville , située juste derrière le stade Ange-Casanova, dans le quartier de Mezzavia . Les dégâts sont importants, et le procureur de la République Eric Bouillard a confirmé que lapiste criminelle était privilégiée. Dans la matinée, "des traces d'hydrocarbures" ont découvertes sur place lors des premiers relevés, et quelques heures plus tard, les enquêteurs corses ont reçu le renfort d'une équipe technique spécialisée de Marseille pour mener des investigations supplémentaires.

►►►ECOUTER-La déclaration du procureur de la République Eric Bouillard

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a fait part, dans un communiqué, de sa « solidarité aux musulmans de Corse » :

Le ministre de l'Intérieur rappelle la détermination du gouvernement à assurer la protection de tous les lieux de culte, et à assurer la liberté de culte partout sur le territoire » (Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur)

L'enquête, ouverte pour dégradation par incendie , a été confiée à la police judiciaire et aux enquêteurs de la sécurité publique.

►►►ECOUTER- Karim AÏda , porte parole de la communauté musulmane d'Ajaccio "C’est un acte islamophobe"

Ajaccio avait déjà été, il y a quelques mois, le lieu de débordements racistes et anti-musulmans , à la suite de l’agression de pompiers en intervention, le soir de Noël 2015, dans le quartier populaire desJardins de l’Empereur . Une salle de prière du quartier avait été saccagée, tagguée et des exemplaires du Coran incendiés.

►►►ECOUTER-A Ajaccio, les explications de Marion Galland

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.