À plusieurs reprises en l'espace d'une semaine, des inscriptions antisémites et des croix gammées ont été découvertes dans la capitale, sur les vitrines de restaurants Bagelstein ou encore sur des œuvres en hommage à Simone Veil, alors que les actes antisémites répertoriés en France ont bondi de 74% sur l'année 2018.

Les visages de Simone Veil, dessinés par l'artiste C215, ont été recouverts par des croix gammées.
Les visages de Simone Veil, dessinés par l'artiste C215, ont été recouverts par des croix gammées. © AFP / Jacques Demarthon

C'est une première en neuf années d'existence pour l'enseigne Bagelstein. Les façades de deux restaurants de la chaîne de restauration spécialisée dans la vente de bagels ont été par visées par des inscriptions antisémites. D'abord, sur le boulevard de Courcelles à Paris, dans la nuit de mardi à mercredi, "la pourriture juive se répand" est inscrit sur la vitrine au marqueur jaune. Puis, dans la nuit de vendredi à samedi, c'est avec une bombe de peinture jaune que le mot "juden" ("juifs" en allemand) est inscrit sur un autre restaurant de l'Île-Saint-Louis. La nuit suivante, juste devant la mairie du 13e arrondissement, c'est au tour du visage de Simone Veil, dessiné sur deux boîtes aux lettre, d'être barré de croix gammées.

Je vais refaire les portraits pour réparer l'injure.

Ces visages sont les œuvres de Christian Guémy, alias "C215", réalisées à l'occasion de sa panthéonisation devant la mairie du 13e arrondissement, sur la Place d'Italie. Simone Veil, ancienne ministre et "rescapée des camps, défigurée avec des inscriptions antisémites et nazies", "le comble de l'ignominie" pour l'artiste urbain qui compte bien "refaire les portraits pour effacer l'injure commise". Mais avant cela, il a décidé d'attendre 24 heures, "pour que chacun puisse aller constater ce qu'il s'est passé".

27 sec

C215, l'artiste qui a réalisé les visages de Simone Veil sur les boîtes aux lettres

Par Béatrice Dugué

"Lâche et abject" pour la mairie de Paris qui annonce avoir déposé plainte. Dans un tweet, Christophe Castaner dénonce "un acte infâme"

Quelques jours plus tôt, le ministre de l'Intérieur réagissait aux inscriptions sur un restaurant de l'enseigne Bagelstein. "Comme si les plus tragiques leçons de l'histoire n'éclairaient plus les consciences", écrit-il sur Twitter, tout en garantissant "tout faire pour que l'auteur de cette ignominie soit condamné" et "ne rien laisser passer".

Un antisémitisme rampant.

Les gérants d'un des restaurants visés ont porté plainte et le parquet de Paris a ouvert une enquête pour dégradations volontaires aggravées et provocation à la haine raciale. Le co-fondateur de Bagelstein, Thierry Veil, y voit les signes d'"un climat de tensions", d'"une vague sourde qui monte" dans laquelle la communauté juive fait partie des "premières minorités auxquelles on s'en prend". Pour lui, la couleur jaune ne permet pas d'attribuer ces inscriptions aux "gilets jaunes".

46 sec

Thierry Veil, co-fondateur de Bagelstein

Par Lorélie Carrive

Pour son partenaire, Gilles Abecassis, la couleur jaune pourrait plutôt faire référence à l'étoile de David ou à l'étoile jaune que l'Allemagne nazie imposait aux juifs de porter. Le responsable de l'enseigne dit avoir reçu "des milliers de messages de soutien, de Hong Kong, de Sydney, d'Europe de l'Est, de gens de milieux différents, pas seulement de confession israélite".

L'exécutif et des élus ont saisi la justice, et d'autres inscriptions antisémites sont dénoncées dans Paris. Comme dans ce tweet de Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah). On y voit une porte de garage qui se trouverait dans le 1er arrondissement de la capitale et sur laquelle est écrit "Macron Jews' Bitch" ("Macron pute des Juifs" en anglais). Il dit avoir saisi le procureur de Paris et le préfet de police.

Une autre inscription visant Emmanuel Macron a été découverte sur le siège du Monde, dans le 13e arrondissement. "Micron (sic) Rothschild parce qu'il se vend bien. La putain de la youtrerie universelle", est-il écrit sur le bâtiment du quotidien. Le journal a indiqué à l'AFP qu'il allait porter plainte. 

Le DILCRAH a également déclaré avoir "appris avec effarement la profanation des arbres plantés à la mémoire d’Ilan Halimi à Sainte-Geneviève des Bois"

Les arbres plantés en mémoire du jeune homme torturé à mort il y a 13 ans ont été coupés. Le maire de la commune, Frédéric Petitta, a indiqué qu'une plainte a été déposée. Une cérémonie d'hommage est prévue mercredi.

Les actes antisémites répertoriés en France ont bondi de 74% sur l'année 2018. Un chiffre communiqué ce lundi par le le ministre de l'Intérieur. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.