Avec la vague de froid qui frappe la France cette semaine, la consommation d'électricité en France devrait atteindre un pic. Même si RTE, gestionnaire des réseaux, assure ne pas craindre de coupure, EDF a prévenu ses clients : une hausse de la consommation est possible.

Attention à ne pas pousser votre thermostat trop fort malgré les températures basses
Attention à ne pas pousser votre thermostat trop fort malgré les températures basses © Maxppp / MICHAEL ESDOURRUBAILH / PhotoPQR / Midi Libre

Quelles conséquences va avoir la baisse des températures attendue cette semaine sur vos chauffages ? Pour le gestionnaire du réseau d'électricité RTE, il n'y a "pas d'inquiétude particulière" à avoir sur l'alimentation électrique. En clair, il n'y a pas à craindre de coupures massives de courant. 

Pourtant, c'est bien pour cette semaine que RTE attend le pic de consommation de cet hiver, avec 89 500 mégawatts (MW) attendus lundi soir, et 93 000MW mardi soir. Pour l'entreprise, chargée d'assurer l'équilibre entre l'offre et la demande d'énergie, les moyens de production français, si on y ajoute les importations, "permettent de couvrir les besoins électriques de la France et offrent des marges suffisantes, sans avoir à recourir à des solutions dites exceptionnelles" comme pourrait l'être une baisse de tension.  

Vers une hausse des factures ? 

Les prévisions restent inférieures au pic déjà atteint le 20 janvier 2017, qui s'élevait à 94 200MW. Mais qui dit augmentation de la consommation dit nécessité de produire plus voire d'importer, et donc hausse du montant des factures. Selon RTE, chaque degré en moins, c'est 2 400 mégawatts en plus à consommer en France, soit la consommation en électricité de Paris.  

Résultat : plusieurs fournisseurs d'énergie, dont EDF, ont prévenu leurs clients par des courriers et des e-mails cette semaine : sur cette période, la facture devrait augmenter. Chez le fournisseur historique par exemple, on estime que la facture, pour un grand appartement parisien de 100m2, augmenterait de 14 euros. Une hausse plus ou moins forte notamment selon la taille et l'isolation des logements, ce qui pourrait s'avérer particulièrement difficile pour les foyers en situation de précarité énergétique.

Des recommandations pour limiter la consommation 

Pour tenter de limiter ces pics de consommation et donc ces hausses de prix, le gestionnaire et les fournisseurs d'électricité redoublent de conseils et de recommandations pour limiter la consommation d'énergie, notamment dans les heures pleines, c'est-à-dire entre 9h et 13h d'une part, et entre 18h et 20h d'autre part.  

Parmi les recommandations, la plus basique est de ne pas pousser vos thermostats plus que d'habitude : pas besoin qu'il fasse plus chaud chez vous pour avoir moins froid. Si votre thermostat habituel est réglé à 19°C en temps normal dans les pièces à vivre, c'est suffisant. La nuit, la température peut descendre sans problème à 16 ou 17°C.  

De la même façon, il est recommandé de limiter le plus possible le nombre d'appareils électriques en veille chez soi (ceux-ci peuvent représenter jusqu'à 10% de la facture d'électricité), et d'éteindre les lumières lorsque celles-ci ne sont pas indispensables.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.