La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, répond à une demande du syndicat Alliance. La gratuité des transports publics est déjà effective dans d'autres régions.

Valérie Pécresse veut renforcer la sécurité dans les transports en commun en Île-de-France avec la gratuité pour les policiers.
Valérie Pécresse veut renforcer la sécurité dans les transports en commun en Île-de-France avec la gratuité pour les policiers. © AFP / ERIC PIERMONT

Dans le cadre d’une conférence de presse sur la sécurité dans les transports en Île-de-France, Valérie Pécresse a annoncé ce lundi la gratuité des transports dans la région pour les policiers. La présidente Les Républicains de la région répond favorablement à une demande du syndicat Alliance, qui estime que cette mesure offre plus de sécurité aux passagers. La gratuité était jusqu’à présent réservée à Paris. Depuis les attentats de Paris et la mise en place de l'état d'urgence, la surveillance est accrue dans les lieux à forte densité comme les gares et les trains, en particulier en région parisienne.

Un coût de 7 millions d'euros

"Aujourd'hui, 30 000 policiers de Paris et de la petite couronne bénéficient de facilités de circulation dans les transports franciliens. (...) Il y a 9 000 policiers en grande couronne qui ne sont pour le moment pas concernés", a détaillé la présidente de la région. La mesure, estimée à plus de 7 millions d’euros, sera financée par le Syndicat des transports d'Île-de-France (Stif), dont Valérie Pécresse est également la présidente.

Les policiers réclamaient aussi cette mesure dans un souci d’alignement avec les gendarmes, qui, eux, ne paient que 25% du prix des billets dans les trains sur tout le territoire national.

Des précédents en région

En octobre dernier, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez avait annoncé la gratuité des trains express régionaux (TER) pour les forces de l’ordre. Laurent Wauquiez expliquait alors : "Nous avons intérêt à ce qu'un maximum de policiers et de gendarmes empruntent nos TER. Cela offrira plus de sécurité aux voyageurs par une présence accrue."Les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et les Hauts-de-France ont aussi déjà mis en place cette mesure.

Le plan présenté prévoit aussi la recrutement de 200 nouveaux agents de sûreté et la généralisation de la vidéo-protection dans les bus et les trains et le déploiement d'équipages opérationnels de cyno-détection.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.