François au synode des évêques sur la famille
François au synode des évêques sur la famille © Radio France

Le synode des évêques sur la famille a approuvé samedi soir un rapport final tenant compte des réticences des plus conservateurs. Après deux semaines de débats mouvementés, aucun accord n'a été trouvé sur le cas des divorcés et des homosexuels.

Dans ce texte final, les paragraphes concernant les divorcés et les homosexuels ont été sans surprise les plus contestés. Aucun d'entre eux n'a requis la majorité des deux tiers nécessaire pour qu'un article obtienne le "consensus synodal". Les conservateurs ont donc marqué des points, il n'est plus question dans ce texte des "dons et des qualités" que les homosexuels peuvent apporter à l'Eglise.

Les précisions d'Anais Feuga, notre correspondante à Rome :

Le père Federico Lombardi, Directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège :

Ces paragraphes n'ont pas eu la majorité qualifiée des deux tiers mais ils ont eu la majorité simple. La discussion va continuer. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir.

Selon le cardinal autrichien Christoph Schönborn, présent au synode, le texte final est plus réservé car pour des évêques originaires de pays où l'islam est majoritaire, aborder les questions de l'homosexualité et du divorce pourraient leur causer des problèmes :

Un premier texte consensuel adopté plus tôt dans la journée

Ce samedi midi,les évêques du synode ont adopté un premier texte évoquant "l'amour conjugal indissoluble". Rien ou presque sur les sujets les plus sensibles, à l'origine d'une lutte sourde ces deux dernières semaines au Vatican entre évêques plus conservateurs et plus libéraux.

Deux lignes contraires

Deux lignes se sont clairement opposées au cours de ces deux semaines de synode : celle du Pape et de ses proches qui estiment que "deux pas ont été faits en avant" et celle des conservateurs, notamment les Polonais, certains Américains du mouvement anti-avortement et les Africains. Le cardinal américain Leo Burke se montre par exemple intransigeant sur la condamnation des rapports sexuels hors mariage et entre personnes du même sexe.

Le cardinal Burke avait affirmé jeudi que le texte pourrait être rejeté si les affirmations "inacceptables sur les rapports sexuels hors mariage et entre personnes de même sexe" n'étaient pas retirées. Alors qu'il dirige le Tribunal suprême du Saint-Siège, le cardinal Burke s'est vivement opposé au pape François. Il a indiqué au site américain "Budfeednews" qu'il allait sans doute bientôt être rétrogradé à un poste honorifique.

Ces deux semaines de débat montrent en tout cas que le climat est tendu au sein de l'Eglise, chacun ayant mobilisé ses forces jusqu'au dernier moment pour modeler le texte final qui servira de base de travail pour le synode décisif sur la famille prévu l'année prochaine.

► ► ► REECOUTER | Monseigneur Patrick Chauvet, curé de la paroisse Saint François Xavier de Paris, ancien vicaire général de l'Archevêché de Paris, invité de Pierre Weill.

synode
synode © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.