Ce 24 décembre, ménagez votre cœur. Le risque d'infarctus du myocarde augmenterait de 37% le soir du réveillon de Noël. Il atteindrait même son pic maximal à 22h !

Le soir de Noël préférez-vous vous retrouver aux urgences pour une main entaillée ou un infarctus ?
Le soir de Noël préférez-vous vous retrouver aux urgences pour une main entaillée ou un infarctus ? © Radio France / Olivier Bénis

Il ne s'agit pas d'une blague. C'est une étude suédoise qui le dit, elle a été publiée le 12 décembre dans le British Medical Journal. Les chercheurs de quatre universités suédoises ont épluché les dossiers médicaux de près de 300 000 personnes admises à l'hôpital pour un infarctus du myocarde entre 1998 et 2013.

C'est là qu'ils ont constaté que la soirée du réveillon de Noël est à risque, surtout chez les personnes âgées de plus de 75 ans, celles qui ont un diabète connu ou une maladie coronarienne.

Parmi les explications probables, le stress inhérent à cette soirée un peu particulière, les excès alimentaires, l'alcool, le manque de sommeil, et la chute parfois brutale, à cette époque, des températures. Comme l'explique le professeur de médecine d'urgence Frédéric Lapostolle, "ça demande des efforts à notre organisme de lutter contre le froid, ça consomme un peu plus d'énergie. C'est pour les mêmes raisons que lorsqu'on regarde à la loupe, on observe qu'il y a un peu plus d'infarctus ou d'arrêts cardiaques dans les gares et dans les aéroports, parce que ce sont des endroits où on va un peu plus stresser, un peu plus courir, un peu plus s'agiter. Et puis, quand on regarde la télé, il peut y avoir un peu d'émotion de regarder son équipe préférée qui gagne ou perd, ça a été observé."

Et si ce n'est pas votre coeur qui flanche...

Le médecin rappelle toutefois que la consommation de tabac expose beaucoup plus au risque d'infarctus que le stress de Noël ou les huîtres. Traditionnellement ce soir-là ou le lendemain, les urgences sont d'ailleurs plutôt sollicitées pour des plaies à la main, résultant de l'ouverture maladroite des fruits de mer.

Autre "classique" des services d'urgence les soirs de réveillon : les œdèmes aigus du poumon auxquels s'exposent les insuffisants cardiaques quand ils font des entorses à leur régime sans sel.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.