étudiant fauché
étudiant fauché © MaxPPP

A quelques jours de la rentrée universitaire, l'Unef publie son rapport annuel sur le coût de la vie étudiante. Cette année encore, les chiffres sont à la hausse : être étudiant en France coûte chaque mois 800 euros. Une somme difficile à réunir pour beaucoup d’entre eux.

Si pour les étudiants, joindre les deux bouts n’était pas facile cette année, la situation ne risque pas d’aller en s’améliorant à la rentrée prochaine. Selon l’Union nationale des étudiants de France (Unef), le coût de la vie étudiante va augmenter de 1,1% en 2015. Un chiffre qui inquiète les associations, et pour cause : une majorité d’étudiants vive déjà dans une situation de grande précarité.

Paul Bernardet, responsable de la commission Aides sociales à l’UNEF,est l'invité du 13h de Lionel Thompson

Un étudiant sur deux a un emploi alimentaire

Pour payer son loyer, sa nourriture, son titre de transport et son abonnement téléphonique, un étudiant français débourse en moyenne 800€ par mois . Quand les parents ne peuvent pas suivre financièrement les étudiants doivent travailler. C’est le cas pour la moitié d’entre eux . Car en plus de la trentaine d'heures de cours par semaine qu’un étudiant doit suivre, il doit généralement exercer une activité salariale de onze heures.

Un tiers des étudiants ne reçoit aucune aide financière des parents, mais seul un quart d'entre eux sont boursiers. L’Unef, inquiet de cette "précarisation", demande "un élargissement du système des bourses" et une revalorisation de celles-ci de 5% .

En province, les prix explosent

Etre étudiant ne coûte pas la même chose, qu’on habite à Nantes, Lille ou Paris. Et malgré l’idée reçue, suivre une formation en province n’assure pas un meilleur confort de vie qu’à Paris . Depuis quelques années, les étudiants en province font les frais à la fois de hausses des loyers et d'augmentations significatives du prix des transports.

Si en province les prix continuent de flamber, dans la capitale, ils sont relativement stables. Grâce à l’encadrement des loyers (loi ALUR) mis en place le 1er aout, les étudiants parisiens n’auront pas à débourser plus pour leur logement . La réglementation des frais d'agence devrait même permettra, cette année, d’économiser en moyenne 495 euros à un étudiant qui emménage. Paris reste néanmoins l’une des villes les plus chères de France : joindre les deux bouts à Paris est aussi, voire plus, compliqué qu’en province.

L'Unef réclame un "plan d'action social" pour la rentrée

Face à ces chiffres, le syndicat étudiant réclame des mesures concrètes. Il demande un investissement plus important dans le service public des CROUS afin de permettre la construction de logement étudiant et garantir une restauration à un tarif réduit. L’Unef souhaite par ailleurs un doublement des aides d'urgence à destination des étudiants autonomes de leurs parents.

"Il ne serait pas acceptable que, au nom de l'austérité budgétaire, la rentrée 2015 soit la première du quinquennat sans mesure pour soutenir le pouvoir d'achat étudiant", s'insurge l'Unef. Depuis le début du quinquennat de François Hollande, le coût de la vie des étudiants aurait augmenté de 8,4%".

budget etudiant
budget etudiant © Radio France
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.