Des soldats du 4e Régiment de Chasseur-alpins de Gap assurent la sécurité devant une école juive du 8e arrdt de Marseille
Des soldats du 4e Régiment de Chasseur-alpins de Gap assurent la sécurité devant une école juive du 8e arrdt de Marseille © MaxPPP/La Provence/Frédéric Speich

Le gouvernement a prolongé le dispositif "alerte attentat" qui est en place depuis les attentats de début janvier. Qu'est-ce que cela implique pour les établissements scolaires ?

Le dispositif Vigipirate "Alerte attentat", c'est-à-dire le niveau maximal, sera donc maintenu plusieurs mois, au moins jusqu'à la fin de l'année scolaire en Ile-de-France et dans les Alpes-maritimes.

Au départ interdits, les déplacements scolaires exceptionnels sont toutefois autorisés depuis fin janvier. Toutes les sorties des élèves d'Ile-de France, ou bien à destination ou en transit par la région parisienne, sont donc possibles avec une réserve : le rectorat peut décider, en lien avec les préfets, de les annuler ou de les reporter si les circonstances l'exigent. Pour l'instant, il n'y a eu aucun cas d'annulation. Les classes de neige, les classes vertes ou bien les voyages à l'étranger se déroulent normalement. Quant aux sorties habituelles, au gymnase ou à la piscine, elles n'ont jamais été supprimées. Pour les autres académies, les mesures de sécurité sont maintenues : contrôles à l'entrée des établissements et contrôles des sacs. Il faut aussi éviter tout attroupement aux abords des établissements, signaler les manifestations ou les déplacements importants. Une vigilance particulière est demandée dans les établissements de l'enseignement supérieur, les universités par exemple, où l'organisation de manifestations ouvertes au public doit se faire en lien avec les préfets.

Plan Vigipirate, alerte maximale
Plan Vigipirate, alerte maximale © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.