Le premier centre humanitaire parisien dédié aux migrants a ouvert jeudi dans le nord de Paris. Géré par Emmaüs Solidarité, il permet d'héberger au total 400 personnes.

Vu de l'extérieur, le camp prend la forme d'une grande bulle
Vu de l'extérieur, le camp prend la forme d'une grande bulle © Radio France / Elodie Foret

Vue de l'extérieur, la grande bulle du centre humanitaire est impressionnante. A l'intérieur, c'est un premier refuge. Ici, on s'asseoit, on prend un café, on trouve une première oreille attentive, et surtout toutes les informations nécessaires. "Tout est traduit en plusieurs langues de manière à ce que chacun puisse se repérer, à la fois sur le lieu et sur le parcours qui va suivre dans le dispositif", explique Bruno Morel, directeur général d'Emmaüs Solidarité, l'association qui gère ce centre.

L'intérieur de la bulle est un premier point d'accueil et d'écoute
L'intérieur de la bulle est un premier point d'accueil et d'écoute © Radio France / Elodie Foret

Après un premier entretien, la plupart des hommes sont conduits derrière la bulle. C'est le cas d'Abdelfatta, un jeune somalien de 21 ans qui arrive de la frontière italienne. "Je ne suis à Paris que depuis quelques jours", raconte-t-il. "C'est la police qui m'a indiqué le centre, c'est pour ça que je suis là".

Les bénévoles proposent de s'occuper des vêtements des réfugiés
Les bénévoles proposent de s'occuper des vêtements des réfugiés © Radio France / Elodie Foret

Retrouver un peu de dignité

Abdelfatta reçoit des vêtements, un kit d'hygiène, avant de découvrir sa chambre qu'il partagera avec trois autres personnes. Il a bien compris qu'il ne resterait que quelques jours dans cette chambre, où il pourra recevoir des soins ou voir un psychologue s'il le désire. "Les gens parlaient très très peu de leurs souffrances psychologiques ; et là, on a l'impression qu'ils se posent, qu'ils prennent vraiment ce lieu comme un sas. Et là ils nous parlent de leurs souffrances psychologiques", explique Jeanine Rochefort, de Médecins du Monde, qui a longtemps travaillé dans les campements.

Des kits d'hygiène sont distribués aux résidents
Des kits d'hygiène sont distribués aux résidents © Radio France / Elodie Forêt

Parler de ses souffrances, mais aussi retrouver un peu de légèreté en jouant au foot ou au basket, en profitant du petit jardin, et finalement retrouver un peu de dignité : c'est ce que propose ce centre d'hébergement avant de poursuivre le long chemin vers la demande d'asile. A l'heure actuelle 135 personnes y sont hébergées, sur les 400 places disponibles au total.

Baby-Foot, jardin, terrains de sport... le lieu permet de retrouver un peu de légèreté
Baby-Foot, jardin, terrains de sport... le lieu permet de retrouver un peu de légèreté © Radio France / Elodie Foret
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.