Une voiture de police incendiée à Paris le 18 juin dernier
Une voiture de police incendiée à Paris le 18 juin dernier © MaxPPP

Quatre personnes avaient été interpellées et mises en examen après l’agression de policiers et l’incendie de leur véhicule lors d’une manifestation à Paris mercredi dernier. Tous poursuivis pour tentative d'homicide volontaire, trois d’entre eux ont été relâchés.

L’image avait fait le tour des réseaux sociaux : une voiture de police en feu, Quai de Valmy, à proximité de la place de la République où manifestaient au même moment les forces de l’ordre contre un sentiment anti-flic croissant constaté auprès la population. Des agresseurs avaient projeté un fumigène dans le véhicule qui s’est embrasé après que ses deux occupants sont sortis à temps.

Deuxième camouflet en une semaine pour la police

Quatre suspects, âgés de 18 à 32 ans, avaient été interpellés dans la foulée, et mis en examen pour "tentative d'homicide volontaire ", mais mardi, le juge des libertés et de la détention a décidé de relâcher trois d’entre eux, remis en liberté sous contrôle judiciaire . Un seul est resté en prison mardi soir : une décision qui a choqué plusieurs responsables de syndicats de policiers, Synergie officiers, par exemple qui dénonce à la fois un scandale et un mauvais signal envoyé à la veille de nouvelle manifestations.

C'est la deuxième fois en l'espace d'une semaine que des manifestants activistes d'extrême gauche réussissent à faireannuler des mesures coercitives (interdiction de séjour et détention provisoire) fautes d'éléments suffisamment à charge. Un véritable camouflet, pour la police, et une démonstration parfaite sur la difficulté de prouver, judiciairement, des flagrants délits dans ce genre d'affaire

►►►ÉCOUTER : Les explications d’Emmanuel Leclère sur la difficulté d'inculper les suspects dans ce type d'affaire

Le syndicat majoritaire Alliance, a décidé, après l'appel du parquet de se porter partie civile, comme l'explique son secrétaire général adjoint Frédéric Lagache àEmmanuel Leclere

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.