Moustique-tigre, Aedes albopictus
Moustique-tigre, Aedes albopictus © SIPA/Franck Lodi

Transmis par le moustique tigre, ce nouveau virus proche de ceux de la dengue et du chikungunya, pourrait bientôt faire son arrivée en France métropolitaine, selon un rapport rendu public lundi par le Haut Conseil de la santé publique.

Le moustique tigre sévit principalement dans les départements situés dans le sud-est et le sud-ouest du pays, à l'exception du Rhône, de l'Isère et de la Saône-et-Loire.

Le virus tire son nom d'une forêt en Ouganda où il a été identifié pour la première fois en 1947. Il s'est propagé en 2013-2014 en Polynésie française, puis au Brésil depuis le début de cette année. Son arrivée dans la vingtaine de départements déjà colonisés par le moustique tigre est donc possible, voir probable, de la même manière que pour le chikungunya. Des vacanciers partis dans des zones où sévit le virus l'importent à leur retour en France métropolitaine.

Le zika peut entraîner de la fièvre, des douleurs musculaires et des éruptions cutanées, voire des complications neurologiques

Aucun traitement ni aucun vaccin n'existe à ce jour contre cette infection mal connue et qui peut également passer inaperçue. L'épidémie de 2013-2014 en Polynésie française avait touché environ 32.000 personnes, selon des estimations citées par le HCSP. Parmi les personnes infectées, 72 avaient présenté des complications neurologiques graves dont 42 syndromes de Guillain-Barré, un syndrome qui peut se traduire par une paralysie des membres et de la face. Dans les cas les plus graves, ce sont les muscles de la déglutition et de la respiration qui sont atteints .

Les explications de Paul Ferrier

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.