Le juge des tutelles du 14ème arrondissement avait peut-être été sensible aux nombreuses recommandations produites par l'épouse du peintre, dont celle de son ami l'ancien premier ministre Dominique de Villepin. La cour d'appel de Paris n'a pas accepté le fait accompli.

Le sort de ce vieil homme de 92 ans, l'un des peintres de nationalité française les plus côtés (avec son ami Pierre Soulages) est au coeur d'une bataille familialle. Son épouse, l'ancienne conservatrice de musée Françoise Marquet, l'a fait déménager en Suisse pour payer moins de droits de succession. Son fils conteste cette décision et met en avant l'attachement de Zao Wouki, membre de l'Académie des beaux-Arts, à la France.

Pour la cour d'appel de Paris, c'est bien l'épouse qui a pris "unilatéralement" la décision de s'installer en Suisse fin 2011. Zao Wouki n'était déjà plus capable de s'exprimer. Le fait de saisir la justice suisse d'une demande de tutelle pour prendre de vitesse la justice française? Pour la cour c'est "une fraude des droits de la personne à protéger et de sa famille".

La cour a notamment pris en compte le témoignage d'une employée de maison. En 2005, au service de Zao Wouki depuis quatorze ans, elle raconte avoir entendu le couple se disputer, et le vieux peintre crier qu'il n'irait pas en Suisse, qu'il était français et paierait toujours ses impôts en France.

Pour la cour d'appel, Zao Wouki est donc bien un résident français; c'est à la justice française de prononcer une mesure de protection, et de désigner ses tuteurs: une nouvelle audience est prévue le 12 février. On attend par ailleurs la décision de la justice suisse, qui avait placé de façon "provisoire" Zao Wouki sous la tutelle de son épouse et d'un avocat de Genève. La bataille engagée par le fils du peintre est loin d'être terminée. Sur le volet pénal, il a porté plainte avec constitution de partie civile et un juge d'instruction devrait être bientôt désigné pour enquêter sur un possible abus de faiblesse.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.