C’est l’une des propositions qui revient beaucoup, dans les contributions sur le site du grand débat national. Rendre les transports publics urbains gratuits, à la fois pour offrir des conditions plus souples de déplacement et limiter l’usage de la voiture. Est-ce faisable ? A quel coût ? Partout ?

Compiègne fait partie de la quarantaine de villes a avoir rendu les transports gratuits.
Compiègne fait partie de la quarantaine de villes a avoir rendu les transports gratuits. © Maxppp /

Gratuité des transports publics”, “bus gratuits”, “transports en communs gratuits pour tous” : voilà l’une des propositions qui remonte dans les contributions au site du grand débat national, parmi des milliers d’autres sujets. Les transports publics urbains gratuits, pour inciter par exemple les citoyens à moins prendre leur voiture et rendre les déplacements plus “verts”. Permettre aussi un accès à la mobilité, aux déplacements, plus abordable voire donc carrément gratuit. Une mesure qui pourrait en partie répondre à l’enjeu de pouvoir d’achat et au coût de l’essence, élément déclencheur du mouvement des “gilets jaunes”. 

En France, plusieurs villes ou agglomérations ont fait ce choix, d’autres y pensent sérieusement, y compris en Île-de-France.  

Qu’en disent les contributeurs du grand débat ?

Cette proposition est majoritairement faite dans deux catégories du site internet granddebat.fr : “transition écologique” et “organisation de l’État et des services publics” à plusieurs centaines de reprises, environ 500 messages, et sous des intitulés très divers. “Rendre les transports publics gratuits incitera les gens à laisser leurs voitures au domicile” explique par exemple BS. Les citoyens estiment notamment que la gratuité pourrait “faciliter l’accès aux transports en commun” et “réduire la pollution de l’air”. Charlotte estime quant à elle que cette mesure peut coûter cher mais qu’il est nécessaire de l’étudier : il faut selon elle s’inspirer des communes comme Dunkerque (voir les exemples plus bas). Mais “tant qu’il faudra trois fois plus de temps en bus qu’en voiture, la voiture sera privilégiée” regrette un autre contributeur. 

Sur le site du "grand débat", plusieurs centaines de personnes proposent de rendre les transports publics gratuits.
Sur le site du "grand débat", plusieurs centaines de personnes proposent de rendre les transports publics gratuits.

Les arguments pour : c’est plus écolo, meilleur pour la santé et c’est du pouvoir d’achat

La toute première ville française à être passé au 100% gratuit est Colomiers, près de Toulouse, en 1971. Les transports sont aussi gratuits à Compiègne ou bien Chantilly. Au total, une quarantaine de villes moyennes ont fait la démarche. 

Sans aucun doute, la gratuité des transports augmente la fréquentation de ceux-ci. C’est ce qu’il s’est par exemple passé à Châteauroux (Indre), en 2001 : +200 % de fréquentation en 10 ans. Dans les Bouches-du-Rhône, c’est la ville d’Aubagne qui a, il y a 10 ans, fait ce choix pour obtenir depuis un triplement de la fréquentation. C’est également un “instrument d’équité sociale” note le cabinet de consulting Sia Partners dans une étude sur la gratuité des transports en Île-de-France : “Rendre ces transports gratuits revient donc à combattre l'inégalité liée à l'urbanisme qui peut exister”.

Sans aucun doute non plus, la gratuité et la hausse de la fréquentation ont pour conséquence une baisse de l’usage de la voiture et donc une potentielle amélioration de la qualité de l’air. À Aubagne, la fréquentation a augmenté de 170% entre 2009 et 2013 et le trafic routier a diminué de 10%. Le dernier exemple en date, c’est la ville de Dunkerque. Depuis le 1er septembre 2018, le réseau de bus est gratuit pour tous et tout le temps dans cette agglomération de 200 000 habitants et de 17 communes. C’est la première agglo française de cette taille là à franchir le cap, pour des raisons, notamment, de qualité de l’air. 

Ne plus payer le bus, le tram ou le métro, c’est aussi supprimer toute une infrastructure de tarification, de validation et de contrôle des titres de transport. Ainsi, sur ces postes là, les usagers gagnent du temps, le travail des conducteurs est facilité et les gestionnaires de réseau peuvent faire des économies. Mais cela concerne essentiellement les gros réseaux tels que celui de la RATP en Île-de-France qui dépense chaque année 90 millions d’euros pour lutter contre la fraude et rémunère plus d’un millier d’agents de contrôle sur un budget global de plus de 10 milliards. Selon la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut), les usagers financent en moyenne un tiers des coûts d’exploitation.  

Les arguments contre : ça peut coûter cher et il y a un risque de dégradation du service

Mais la gratuité a aussi… un coût. Selon la Fnaut, ce sont les villes où le transport ne coûte déjà pas grand chose (et génère peu de recettes) que la gratuité n'entraîne pas de grosses pertes (4,5 millions d’euros par an à Dunkerque, par exemple). De plus, “la perte de recettes dans l’hypothèse d’une offre améliorée n’est jamais citéeprécise l’association qui prône d’abord le cas par cas ou bien des mesures d’un autre type comme le péage urbain. 

Au final, tout dépend effectivement des villes, de la taille du réseau de transport et d'un paramètre : à Dunkerque, le ticket usager finance 10 % du réseau contre 30 % à Paris. À Strasbourg ou à Grenoble, la gratuité coûterait plus de 50 millions par an, 100 millions à Lille et plus de 3 milliards à Paris, soit le montant total des investissements sur le réseau en Île-de-France. Il faut aussi absorber une éventuelle hausse de la fréquentation, ce qui a nécessairement un coût si l’on veut maintenir une qualité de service équivalente et se confronter aux incivilités. À Châteauroux, les mousses des sièges ont été remplacés par des sièges en plastique pour éviter les dégradations trop importantes. C’est même “une menace pour la qualité du service rendu aux voyageurs” estime l’Union des transports publics et ferroviaires

Pour les citoyens, l’un des risques est de voir la fiscalité augmenter. Les entreprises, taxées via le Versement transport, peuvent voir cette contribution en hausse. Grenoble, en Isère, a envisagé mettre en place une gratuité totale, c’était en tout cas l’une des promesses de campagne du maire EELV de la ville, Éric Piolle, en 2014. Mais pour l’instant, la mesure en est toujours au stade de projet. Le président de la métropole estimant qu’une telle décision imposerait une hausse des impôts locaux

À Paris, la proposition a donc été faite par Anne Hidalgo en mars 2018, mais la maire de Paris a renoncé mi-janvier en appliquant toutefois la gratuité pour les enfants jusqu’à 11 ans. La mesure aurait été compliquée à appliquer, les transports en Île-de-France, c’est 1 500 lignes de bus, 37 lignes de métro, RER ou tram. Le coût estimé était de 3 à 6 milliards d’euros supplémentaires chaque année, en plus des 10 milliards de budget global. Une mesure était aussi jugée plus “électoraliste” qu’écologique par ses détracteurs.

►►► ALLER PLUS LOIN || Retrouvez les autres contributions du grand débat décryptées par France Inter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.