Réputés former l'élite, les IEP traversent une zone de turbulences. D'un côté, Frédéric Mion, directeur de Sciences Po Paris, poussé à la démission après l'affaire Duhamel. De l'autre, ce déferlement de messages sur les réseaux sociaux, témoignant de violences sexuelles et de la passivité de l'administration.

L'Institut d'études politiques de Toulouse
L'Institut d'études politiques de Toulouse © AFP / Lionel BONAVENTURE

C'est un effet de masse, une accumulation qui donne le vertige. Depuis quelques jours, des centaines de messages affluent sur les réseaux sociaux. Il y est question de viols, d'agressions sexuelles, et de la coupable passivité de l'administration des Instituts d'études politiques (IEP), les "Sciences Po", ces dix écoles particulièrement sélectives, disséminées sur le territoire hexagonal. Apparu lundi, le hashtag #Sciencesporcs comptait mardi soir sur Twitter plus de 22 000 occurrences, selon l'outil de veille Visibrain. Des enquêtes ont été ouvertes à Toulouse et Grenoble.

Déflagration

D'habitude, sur le groupe Facebook privé des étudiants de Sciences Po Bordeaux, on trouve surtout des programmes de conférence, des rendez-vous d'apéro-débat ou des offres de stage. Mais le 23 janvier dernier, un long message provoque une déflagration. Une étudiante y décrit le viol commis par son petit ami, en avril 2019. 

Son post marque le début d'une longue série : quatre jours plus tard, la page comprend déjà une quinzaine d'autres publications de la même tonalité. À l'heure actuelle, elle en compte 166, selon Sexprimons-nous, association féministe de l'IEP bordelais. Celle-ci a lancé lundi un formulaire en ligne, pour continuer à collecter des témoignages. 

Faut-il voir, dans cette libération de la parole, un effet de traîne de l'affaire Olivier Duhamel, désormais ex-président de la Fondation nationale de sciences politiques, contraint à la démission après le livre de Camille Kouchner ? Une manifestation a encore eu lieu ce lundi pour réclamer la démission du directeur de Sciences Po Paris, Frédéric Mion, qui était au courant des accusations pesant sur le célèbre constitutionnaliste. Sous pression, celui-ci a d'ailleurs annoncé mardi dans la soirée qu'il renonçait à ses fonctions

"À Toulouse aussi, on est violé.es"

Toujours est-il que les langues se sont déliées bien au-delà des murs de Sciences Po Bordeaux. Les témoignages compilés sur Instagram par l'activiste féministe Anna Toumazoff passée par Sciences Po Toulouse, émanent de tous les IEP. "Je vous écris car à Toulouse aussi on est violé.es (...). Au début, tu m’insultais comme les autres, même beaucoup plus, et puis tu m’as violée (...). Je dormais et tu as continué. Tu m’as demandé si ça allait, j’ai dit non et tu as fini", raconte notamment Juliette, 20 ans. 

La plainte déposée par la jeune femme le 6 février a donné lieu à l'ouverture d'une enquête préliminaire. À Grenoble, le parquet a indiqué avoir reçu deux signalements d'agression sexuelle par la direction de Sciences Po et ouvert des enquêtes dans la foulée.

Témoignages compilés sur le compte Instagram d'Anna Toumazoff
Témoignages compilés sur le compte Instagram d'Anna Toumazoff / Capture d'écran

Les multiples témoignages évoquent des viols, des agressions sexuelles, survenus parfois lors de week-end d'intégration ou des CRIT, ces compétitions sportives inter-écoles, mais aussi lors de mobilités à l'étranger. 

Nombreux sont les messages qui mettent au cause l'attitude de l'administration. Une jeune femme affirme notamment :

"J'ai alerté sur le fait que j'étais harcelée par un élève de l'établissement et aucune réaction. Je leur ai dit que cet élève m'avait violée, aucune réaction. Ils m'ont traitée comme de la merde, ils ne m'ont pas crue et n'ont rien fait."

Un message assure aussi que l'administration de Sciences Po Strasbourg aurait dissuadé une étudiante de porter plainte pour des faits de harcèlement sexuel. Un autre avance que Sciences Po Paris aurait sanctionné un homme ayant violé une femme avec une bouteille de bière en le changeant de campus. Des professeurs sont également accusés de harcèlement et d'agressions. 

"Vigilance" et "détermination"

À Bordeaux, où tout a commencé, l'association Sexprimons-Nous a rencontré le 2 février le directeur de l'IEP, Yves Déloye. "Maintenant que cette parole tragique a été libérée, elle doit être accueillie avec empathie et traitée avec détermination", déclare le communiqué publié par la direction. Celle-ci s'engage notamment à mettre en place un programme de formation et de prévention. Un groupe de travail doit proposer un plan d'action, en vue d'une mise en œuvre à la rentrée prochaine. 

De son côté, l'IEP de Strasbourg a réagi ce mardi, réaffirmant sa "très grande vigilance à l'endroit de toutes les formes de discrimination et de violence" ainsi que son "intransigeance". "Les procédures mises en place ne semblent pas avoir porté leurs fruits", reconnaît l'Institut. "Aussi l'école s'engage avec les 6 autres Sciences Po du réseau à travailler dès maintenant à la mise en place de nouveaux dispositifs".

Si certaines voix dénoncent une "culture du viol" qui serait particulièrement marquée au sein de Sciences Po, les membre de Sexprimons-Nous se veulent plus mesurées et réfutent l'idée d'une problématique spécifique liées aux IEP. "Ce que nous avons envie de montrer, c'est que ces violences sexistes et sexuelles n'épargnent pas Sciences Po, mais qu'elles sont aussi partout, dans tout l'enseignement supérieur. Partout."