À l'approche des 24 heures du Mans, découvrez une autre facette de cette course mythique en cinq photos décalées.

Départ des 24h du Mans 1994. Un scout se tient au côté d'une Bugatti EB110 Super sport
Départ des 24h du Mans 1994. Un scout se tient au côté d'une Bugatti EB110 Super sport © Getty / Jean-Michel Turpin

Depuis 1923, le département de la Sarthe est envahi par le bruit et la fureur, dans la douceur du mois de juin. Pendant quelques jours, les écuries de course automobile se pressent aux portes de ce temple automobile. Au même titre que Monza ou Indianapolis, Le Mans est une étape obligatoire pour tout passionné de mécanique qui se respecte. Ici on se recueille devant des virages, des courbes ou des lignes droites qui sont empruntées habituellement par les riverains comme à Monaco. Tertre rouge, Mulsanne, Hunaudières, Arnage... autant de "célébrités" bitumeuses qui rythment les 13 kilomètres qui se couvriront de gomme pneumatique pendant 24 heures.

Des luttes incroyables se sont jouées ici. Porsche, Bugatti, Audi, Ferrari, Ford, Matra, Peugeot, Bentley,... Toutes ces écuries ont fourni de diaboliques machines à des pilotes prêts à en découdre pour soulever le trophée tant convoité. Les premiers de cette lignée se nommait André Lagache et René Léonard, qui couraient avec une Chenard et Walcker, en 1923 donc. Et un seul l'a soulevé neuf fois, ce qui lui valu le surnom de "Monsieur le Mans" : le danois Tom Kristensen.

De nombreux choses ont été dites, écrites, par des spécialistes de la question. Alors comment aborder différemment la course qui se tiendra cette année du 14 au 18 juin ? Après une balade dans les archives photos de l'agence Getty, j'ai demandé à mes collègues néophytes sur la question de choisir leurs photos du Mans. Découvrez les cinq les plus plébiscitées

1969, année esthétique

L'histoire retient que cette année-là le belge Jacky Ickx remporte l'épreuve sur une Ford GT40 avec Jackie Olivier. C'est néanmoins cette équipe dédiée aux chronométrages des voitures qui a retenue toute notre attention.

Chronométrage aux 24h du Mans 1969
Chronométrage aux 24h du Mans 1969 © Getty / Rainer W. Schlegelmilch

Un, deux, trois, partez !

On ne sait pas comment Jean Guichet et Nino Vacarella ont fêté leur victoire sur Ferrari en 1964 . Ce que l'on sait en revanche, c'est qu'au départ, les pilotes devaient courir jusqu'à leurs bolides respectifs pour prendre le départ. Une tradition qui ne survivra pas aux années 60.

Départ des 24h du Mans 1964
Départ des 24h du Mans 1964 © Getty / Rainer W. Schlegelmilch

Ladies, start your engines !

Elles sont quelques-unes a avoir pris le départ de la course mancelle. Elles étaient même 10 au départ de l'édition 1935, ce qui reste un record. En 1973, Marie-Claude Beaumont en est à sa troisième participation sur Corvette avec Henri Greder : ils terminent à la 12e place sur 55 voitures au départ. La dernière à représenter la gente féminine s'appelle Keiko Ihara de 2012 à 2014.

Marie-Claude Beaumont, pilote de la Corvette #30 du Greder Racing Team - 1973
Marie-Claude Beaumont, pilote de la Corvette #30 du Greder Racing Team - 1973 © Getty / Rainer W. Schlegelmilch

En voiture tout le monde !

Nous sommes en 1953 et Duncan Hamilton roule dans les stands après l'arrivée avec son co-équipier Tony Rolt. Leur Jaguar a rallié l'arrivée en grande gagnante mais non sans mal, puisqu'elle heurta de plein fouet un oiseau dans Mulsanne, à 240 km/h. Le pare-brise ou plutôt le saute-vent n'y résista pas.

Duncan Hamilton sur Jaguar, vainqueur de l'édition 1953 des 24h du Mans
Duncan Hamilton sur Jaguar, vainqueur de l'édition 1953 des 24h du Mans © Getty / Klemantaski Collection

Moteur ! Action !

Quelques acteurs se sont essayés à la course. L'année dernière, c'était l'américain Patrick Dempsey alias "Docteur Mamour" dans Grey's Anatomy...

Steve McQueen, grand amoureux de mécanique et de vitesse joua dans un film sobrement intitulé Le Mans en 1971, et dans lequel il faillit perdre la vie en heurtant un camion citerne à 300km/h.

Paul Newman lui aussi incarna un pilote de course dans le film Virages en 1968 au 500 Miles d'Indianapolis. Sa passion le poussera même à avoir sa propre écurie. Mais en 1979, c'est bel et bien pilote qu'il prend le départ des 24h du Mans sur une Porsche 935 du Dick Barbour racing, avec Rolf Stommelen et Dick Barbour. Ils finiront en deuxième position.

Paul Newman, départ des 24h du Mans 1979
Paul Newman, départ des 24h du Mans 1979 © Getty / Elisabeth Andanson

A noter dans les détails amusants de l'édition 2017

  • Jackie Chan sera présent avec sa propre écurie avec, entre autres, deux pilotes chinois
  • Prost et Senna seront coéquipier au sein de l'équipe Vaillante - Rebellion. Il s'agit respectivement de Nicolas, fils d'Alain, et Bruno, neveu d'Ayrton. Ils croiseront probablement Mathias Lauda, fils de Niki.
  • L'Ariégeois, champion du monde 98 de la coupe du monde football, Fabien Barthez, prendra le départ au volant d'une Ligier de l'écurie Panis-Barthez.
  • Kool and the Gang se produira en concert le 17 juin sur les 24h du Mans.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.