La 49e édition de la Solitaire du Figaro, course de trois semaines sans toucher terre, s'élance ce dimanche depuis la Normandie. Seuls sur un bateau de dix mètres, les 36 skippers qui vont prendre le large seront livrés à eux-mêmes.

Le départ de la Solitaire du Figaro 2017 (photo d'archive)
Le départ de la Solitaire du Figaro 2017 (photo d'archive) © Maxppp / Bonnaud Guillaume

Le départ de la Solitaire du Figaro est donné ce dimanche depuis Le Havre, en Normandie. Si la Coupe du Monde a obligé les organisateurs à décaler les dates de la course, habituellement programmée en juin, pour éviter d'être peu médiatiser face au mastodonte footballistique, son format lui, ne change pas.

Ce dimanche, c'est donc le départ pour trois semaines de course, avec quatre étapes entre la Normandie, la Bretagne, l'Espagne et la Vendée. Tous les skippers, 36 cette année sur la ligne de départ, disposent du même bateau.

La Solitaire du Figaro, c'est une course où la technique de navigation est le seul facteur différenciant, avec la chance. De quoi mettre la pression aux huit bizuths de la compétition, huit marins qui prennent le départ pour la première fois.

Eric Delamarre, 20 ans, benjamin de la course

Benjamin de la course, le Normand Eric Delamarre vient tout juste de fêter ses 20 ans. Cet enfant de Ouistreham est soutenu par un programme de détection des espoirs sportifs de la région et, malgré sa jeunesse, le navigateur est certain de ses choix.

La course au large, confirme-t-il au micro de Jérôme Val, "c'est ce qu'[il] veu[t] faire de [s]a vie" :

"L'année dernière je me posais encore des questions, j'étais plus jeune, j'étais moins mature, j'avais tendance à me renfermer sur moi dès que quelque chose n'allait pas. Cette année, j'ai pris le dessus là-dessus."

Mais dans la navigation, tout peut s'arrêter subitement. Donc pour le skipper, pas question de penser à la suite tant que la Solitaire du Figaro ne sera pas bouclée : "Pour le moment, je me focalise sur cette course. Qui sait, la Solitaire est peut-être ma dernière course, on n'en sait rien. Je ne l'espère pas, mais je veux la vivre à fond."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.