Le mythique circuit ovale d’Indianapolis accueille ce dimanche la 101e édition des Indy 500.

Simon Pagenaud
Simon Pagenaud © AFP / ERIC FEFERBERG /

C'est la course typiquement américaine que rêve de remporter le champion en titre des Indy Car Series et leader du championnat, le poitevin Simon Pagenaud. Même s'il ne s'est qualifié qu'à une modeste 23e place pour les 500 miles d'Indianapolis dimanche, Simon Pagenaud reste très confiant, nanti d'une voiture performante et efficace dans le trafic qui pourrait lui permettre de "jouer les trublions" dans le sprint final.

Bill et son fils Walker installent leur tente dans le camping officiel du speedway. Un terrain immense découpé en milliers d’emplacements. Le barbecue commence à fumer à côté de la réserve de charbon, les trois glacières sont pleines de bières. Tout est prêt pour passer quatre jours entre un père qui vient ici depuis qu’il a 13 ans et son fils à peine majeur dont c’est la première fois à Indianapolis.

Sur l’emplacement voisin, sont installés Pettsy, Mary et Véronica, trois copines retraitées venus du New Jersey en camping-car. Pettsy fête son cinquantième Indy 500 ! Fan inconditionnelle du pilote français Simon Pagenaud, elle est fière de sa passion pour l’Indy Car : « ça peut être étonnant, mais nous aussi, les femmes, on aime les voitures puissantes, qui font du bruit et qui vont très vite ».

Des voitures qui roulent à 400 km/h

Pettsy et Bill font partie des 400.000 personnes à faire le déplacement chaque année, comme d’autres vont en pèlerinage. En ce jour du Mémorial Day, les drapeaux américains volent au vent pour rendre hommage aux soldats morts au combat. Qu’ils aient une place à 20 ou à 900 dollars, les spectateurs attendent de voir les voitures se dépasser à près de 400 kilomètres heure en ligne droite.

Au 500 Miles d'Indianapolis
Au 500 Miles d'Indianapolis © Radio France / Guillaume Battin

12 ans avant les 24 heures du Mans

C'est la plus anciennes courses sur circuit au monde. Le départ de la première édition est donné en 1911. Trois français s’imposeront durant la première décennie : Jules Goux en 1913 (Peugeot), René Thomas l’année suivante (Delage) et le futur citoyen américain et fondateur de la marque automobile, Gaston Chevrolet en 1920 (Frontenac).

97 ans plus tard, un français fait partie des favoris. C’est le poitevin Simon Pagenaud, vainqueur du championnat Indy Car en 2016 et leader au classement général 2017.

Après 5 participations, il n’a jamais été aussi près d’un succès qui le fait rêver et qui l’installerait au même rang que les légendes telles que Mario Andretti ou Emerson Fittipaldi.

Simon Pagenaud :

Ouverture à l’internationale

Sur les 15 Grand Prix du championnat Indy Car, 14 se déroulent aux Etats-Unis et le dernier à Toronto, au Canada voisin. Mais selon Mark Miles, le patron de l’Indy Car Series et des 500 miles d’Indianapolis, le championnat américain va organiser prochainement deux étapes à l’étranger, sans doute au Emirats-Arabes-Unis, en Australie, en Asie du Sud-Est ou encore en Afrique du sud (sur le circuit Porsche de Kyalami au nord de Johannesbourg).

Le choix n’est pas encore arrêté. La longue saison européenne de Formule 1 ne permet pas d’organiser une étape sur le vieux continent alors que plusieurs pays émergents n’attendent que ça.

La présence cette année de l’espagnol Fernando Alonso est une aubaine pour l’Indy Car. Le double champion du monde de F1 (2005 et 2006) apporte de la visibilité à la compétition. De son côté, il vise le triplé Grand Prix de Monaco – 24 heures du Mans – 500 Miles que seul le britannique Graham Hill a réalisé dans l’histoire du sport automobile en 1972. « J’ai le sentiment que nous sommes trop longtemps restés endormis sur le sujet de notre extension à l’étranger » dit Mark Miles, l’ancien patron du tennis mondial (1990 – 2005) n’a qu’une obsession depuis sa prise de fonction en 2012 : développer l’Indy Car à l’international.

Saison terminée pour Sébastien Bourdais

Alors qu’il luttait pour décrocher la pole position, le français Sébastien Bourdais (Dale Coyne Racing) a été victime d’une impressionnante sortie de route. Sa voiture a percuté à pleine vitesse la barrière. Victime de plusieurs fractures du bassin et à la hanche, le pilote a été opéré avec succès.

24 heures après son accident qui va le priver de la fin de saison, le manceau a posté une photo rassurante sur son compte twitter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.